Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Actes humiliants  sur Guy Marius Sagna : Peur dans le bureau du directeur de Rebeuss ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lettre adressée au directeur de la maison d’arrêt de Rebeuss par le prisonnier Guy Marius Sagna semble semer la panique au sein de l’administration pénitentiaire. Dans ladite lettre rédigée le 30 juillet dernier, l’activiste se plaint d’avoir été fouillé et exposé nu en plein air.

Répondant aux accusations, l’autorité de tutelle en l’occurrence Malick Sall le ministre de la justice qui reconnaît avoir vu et lu ladite correspondance promet une réponse appropriée :

« J’ai moi-même reçu la lettre de Guy Marius Sagna. La direction de l’administration pénitentiaire a des règles. Elle sera saisie et elle répondra. Et je vous assure que la réponse sera portée à la connaissance de tous. »

Cette sortie du ministre aurait-elle semé la panique chez les principaux concernés, à savoir la direction de l’administration pénitentiaire ?

« En tant qu’autorité de l’établissement ayant une population carcérale à gérer, mon devoir n’est pas d’entrer dans cette polémique. J’ai appelé le principal concerné dans mon bureau, afin d’en discuter avec lui. Je lui ai dit que ce qui a été rapporté dans la lettre n’est pas mon problème, mais ce que je voudrais savoir, c’est est-ce qu’il m’a adressé une lettre ? Il m’a répondu non. Il m’a carrément dit qu’il n’a pas écrit une lettre et n’a pas fait sortir une lettre » selon Cheikh Ahmed Tidiane Ba, directeur de la maison d’arrêt de Rebeuss.

Monsieur Ba qui se défend de tout traitement dégradant sur l’activiste : « nous sommes régis par des lois et règlements. On a aménagé des locaux pour les fouilles des détenus. On n’a jamais fouillé deux détenus à la fois. C’est entre le détenu et l’agent qui sont seuls à l’intérieur d’un box érigé en local de fouille. »

Des propos réfutés par le mouvement Frapp/ France Dégage de Guy Marius Sagna, selon qui ce dernier n’a donné aucune explication au directeur de la maison d’arrêt, qui en le convoquant voulait le contraindre à la délation, la dénonciation d’agents pénitentiaires.Ce que ne pouvait se permettre Guy Marius Sagna :

Ce que ne pouvait se permettre Guy Marius Sagna : « cette sortie du directeur de la prison transpire la peur. C’est quelqu’un qui a peur pour sa carrière » clament les activistes.

Serigne Mbacké Ndiaye

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :