AFFAIRE WALY SECK / IMAM KANTE: Pourquoi JAMRA était chez Thione Seck ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

JAMRA n’était pas au courant de l’initiative de «l’Association des Imams et des Oulémas», comme on le prétend à tort. Nous les avons fortuitement trouvés sur place, alors que JAMRA était venue pour rencontrer, d’abord, la partie plaignante; et comptait, aussitôt après, aller discuter avec le mise-en-cause. Ayant ainsi obtenu l’accord des deux protagonistes, comme il se doit dans toute médiation qui se veut crédible, le président exécutif de JAMRA, Imam Massamba Diop, devait boucler ce processus en présidant, avec l’accord des intééssés, une rencontre finale, que JAMRA avait prévue de tenir ce 19 juillet, à l’occasion de la «Salatul Jumah», à la Mosquée de la Cité Gazelle de Pikine, où Imam Massamba Diop officie depuis 25 ans. Et où il a eu, à maintes reprises, à réconcilier des musulmans en divergence, selon les préceptes de la «Chariatul islamiya».

 À cet effet, il avait déjà acquis deux «Kaamil Qurane» tout neufs, qu’il comptait remettre aux deux ex-parties en conflit, pour officialiser leur réconciliation. Tel était le plan concocté par JAMRA, pour contribuer modestement à la résolution de ce pénible contentieux sociétal qui indisposait tout le monde. D’autant que des informations confidentielles nous étaient parvenues, faisant état de la volonté de certains partisans, des deux camps, mais surtout de groupuscules incontrôlés, déterminés à en découdre, notamment le jour du Procès, avec toutes les graves conséquences qui pouvaient en découler.

Je précise que bien avant l’épilogue de cette triste affaire, JAMRA, par la voix de son trésorier national, El Hadji Moustapha Sy, avait eu, en direct du plateau de la 7TV, qu’il partageait justement avec Imam Kanté, le jeudi 11 juillet 2019, à lui exprimer, prenant à témoin des milliers de téléspectateurs, le soutien sans réserve de JAMRA, dans cette épreuve. Propos que notre représentant à ce débat télévisé a d’ailleurs réitérés de vive voix, après l’émission, à Imam Kanté, en insistant particulièrement sur un point, à savoir: «de ne JAMAIS commettre l’erreur de présenter des excuses, même si l’avocat du plaignant avait dit publiquement que c’était à cette seule condition que la plainte pouvait être retirée». Ce qui serait, pensions-nous, un coup dur pour la Oummah islamique et les Imams du Sénégal en particulier.

Mais, arrivée chez Thione Seck (comme convenu avec Imam Massamba Diop, qui devait, rappelons-le, boucler le processus, lorsque les parties auront été séparément consultées), El Hadji Moustapha Sy et moi-même avons trouvé une situation inédite, que personne à JAMRA n’avait prévue: Thione Seck était en pleine conférence de presse avec l’Association des Imams et des Oulémas, laquelle avait déjà entamé sa propre médiation! 

Mise ainsi devant le fait accompli, JAMRA se garda de faire preuve de maladresse en donnant l’impression d’être en concurrence avec l’Association des Imams et des Oulémas. Et a alors accepté l’invite faite, séance tenante, par Thione Seck à Mame Mactar Guéye de prendre la parole. C’est alors que celui-ci a délivré le message que tout le monde sait, et dont la substance était de : 

Rappeler l’ancienneté de nos relations avec Thione Seck, datant notamment de 1995, alors qu’il était venu solliciter que JAMRA lui prêtât ses locaux, pour les besoins du tournage de son clip (Rassoul) consacré aux louanges du Prophète Mouhamed (psl);

Rappeler à Waly et à l’opinion la précédente déclaration de JAMRA, fustigeant, en janvier 2016, la nouvelle mode de «sac-de-femme-porté-par-un-homme», qui avait valu à Waly Seck un tollé de désapprobations ;

Alerter sur les dangers du mimétisme des sous-cultures occidentales, qui vaut aujourd’hui à Waly Seck d’être au cœur de cette vive polémique du «tee-shirt-arc-en-ciel»; que Waly avait porté, lors de son dernier concert à la Place de la Nation pour, disait-on, «célébrer la victoire des Lions du Sénégal contre l’Ouganda»; alors que ce tee-shirt est réputé être un signe de reconnaissance et symbole par excellence de ralliement à la cause LGBT mondiale;

Et nous avions clôturé le message de JAMRA en sermonnant Waly de faire désormais très attention à son port vestimentaire et à ses tenues de scène; et que JAMRA était même disposée à demander à un des nôtres de lui prodiguer des conseils dans ce sens (il s’agit d’un styliste, metteur en scène de pièces de théâtre islamique).

Voilà ce qui s’est réellement passé. Et JAMRA, au demeurant, rend grâce à Dieu que son objectif ait été doublement atteint :

1) La plainte a été retirée sans que Imam Ahmadou Makhtar Kanté n’ait eu à présenter ses excuses publiques, comme l’exigeait l’avocat de Waly Seck, comme unique condition pour le retrait de la plainte ;

2) La paix civile a été préservée, car l’herbe avait été ainsi coupé sous les pieds d’éléments incontrôlés qui voulaient profiter de ce différent privé pour se livrer à des actes, dont les dommages collatéraux risquaient d’être inimaginables (le Ministre de l’Intérieur sait parfaitement de quoi nous parlons).

Cette salutaire mesure d’apaisement a naturellement suscité un déchaînement de passions dans les réseaux sociaux. Et aura même valu à JAMRA des tirs à boulets rouges, pour des motivations diverses.

Mais si la préservation de la Paix sociale est à ce prix, nous acceptons volontiers d’en encaisser ces contrecoups, avec philosophie. Et, surtout, de pardonner tous les excès de langages de tous ceux qui avaient notamment «décrété», avec une légèreté déconcertante, que c’est «Jamra qui a mis en scène tout ça, en complicité avec El hadji Oumar Diéne, secrétaire général de l’Association des Imams et des Oulémas» ! Alors que Dieu sait que nous avions perdu ce dernier de vu depuis 2013, à l’occasion des investitures des deux Grands Serigne de Dakar. Bref, nous pardonnons tous les dérapages. Au nom de l’Omniscient et Miséricordieux qui Voit tout. Et qui rappelle à juste titre aux croyants, que nous sommes tous, dans Son Livre Saint: «Je suis plus proche de vous que votre veine jugulaire». Et que le Messager d’Allah (psl) réaffirme dans un de ses sublimes Hadiths: «Le croyant doit éviter de témoigner de ce dont il n’est pas sûr de science certaine».

Le combat continue.

MAME MACTAR GUEYE 

Vice-président de 

l’ONG Islamique JAMRA, 

Chargé de la Communication – ongjamra@hotmail.com

%d blogueurs aiment cette page :