Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Après les présidentielles : L’heure des sucettes

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conscient de la faiblesse de son parti (l’APR), incapable à lui seul de remporter une présidentielle, il avait ratissé large, n’hésitant pas à racler le fond de casserole de la classe politique, décapant la moisissure nauséeuse qui, même dans son plus beau rêve, n’aurait jamais imaginé reprendre du service.

Des individus tristement célèbres que les Sénégalais avaient fini par reléguer au tréfonds de leur mémoire, en attendant de les en effacer, et qui tout d’un coup se rappellent à leurs bons souvenirs.

Et les vielles habitudes refont naturellement surface : Les querelles et les tohu-bohus de borne fontaine.

Aissata Tall Sall qui exige la dissolution de l’assemblée nationale, Moustapha Niass et Ousmane Tanor Dieng qui se sentent visés et menacent de présenter des candidats lors des prochaines élections, Mimi touré qui tire sur tout ce qui bouge, Alioune Sow et Mamadou Diagne Fada qui se croient sur un ring, Maitre El hadji Diouf qui se complait dans la flagornerie et la médisance, Moustapha Cissé Lo qui fait monter les enchères en exigeant la mairie de Dakar…

Chacun se croit avoir été l’élément déterminant de la victoire de Macky Sall à la présidentielle, et entend être rétribué à la hauteur de son sacrifice.
Les quelques jours de cogitation qu’il s’est octroyé ne suffiront certainement pas à Macky Sall pour trouver un strapontin à chaque soldat de cette armée Mexicaine qui l’entoure et à qui il devrait sa victoire.
Il paraît qu’il va mettre fin au cumul de postes pour caser quelques clients politiques.

Une goutte d’eau dans l’océan de sollicitations.

Nos maigres finances qui auraient dû soulager une population à genoux, serviront ainsi à entretenir une oligarchie aussi pléthorique qu’inutile.

Serigne Mbacké Ndiaye