Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Austérité : la nouvelle recette de Macky

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cérémonie de lancement du Programme d’appui à la modernisation de l’administration (PAMA) a été mise à profit par le président de la République pour prôner la rationalisation des dépenses liées au fonctionnement de l’administration sénégalaise. 

Macky Sall, qui a fait part  de la forte volonté du gouvernement de bâtir une véritable administration de développement, a révélé que l’achat de véhicules, par exemple, a couté  307 milliards à l’Etat en 7 ans. Les autorités ont, également, dépensé 17 milliards en factures téléphoniques par an. C’est dans ce cadre que 16 agences sur les 32 existantes seront dissoutes ou transformées en de simples directions. Dans la foulée, l’Etat a décidé de résilier toutes les lignes téléphoniques mobiles.

Ces annonces qui ont été faites par le Président de la République cachent une autre réalité. Les autorités ont dû revoir à la baisse les recettes fiscales pour 100 milliards. C’est ce qui transparait, en effet, dans la loi de finance rectificative de l’année 2019. Les dons budgétaires et les prêts projets ont, en outre, été réduits  à hauteur respectivement de 12,77 milliards et 150 milliards. De même, le montant cumulé des appuis budgétaires est passé de 65 milliards à 294,9 milliards. Ainsi, les ressources du budget ont été revues à la baisse passant de 4071,77 milliards à 3988,63 milliards, soit 83,14 milliards de moins. Le leader de Pastef, Ousmane Sonko, a été le premier à tirer la sonnette d’alarme, parlant d’un trou de 100 milliards dans les caisses de l’Etat. 

L’Etat du Sénégal doit, non seulement, de l’argent aux entreprises sénégalaises, mais aussi aux écoles de formations ainsi qu’à la Senelec, entre autres. La rationalisation des dépenses semble être, donc, la stratégie mise en avant par le Chef de l’Etat pour faire face à ses obligations. 

Omar Ndiaye 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :