Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Bande Sahélo-Saharienne : La menace djihadiste toujours prégnante

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rencontre sur la lutte contre le terrorisme se tiendra ce mercredi 15 mai 2019 au Palais de l’Elysée en France. Ce sera en présence de nombreux pays dont le Canada, l’Indonésie, la Grande Bretagne, le Sénégal… 

Initiée par la première ministre de la nouvelle Zélande,  madame Jacinda Arden, elle intervient  deux mois après la tuerie de Christchurch le 15 mars dernier.  

Une occasion de jeter un coup d’œil sur la menace terroriste en Afrique qui se fait de plus en plus pressante  malgré les réponses militaires, notamment de la France et des pays de la région.

 Le rapt de deux touristes Français en Safari  dans le parc national de Pendjari au Bénin ce 5 mai 2019, vient prouver ce que les spécialistes et observateurs prédisaient : le glissement du terrorisme de la bande Sahélo-Saharienne   vers les pays côtiers et le golf de Guinée.  

En effet, après  la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad  et le nord du Burkina Faso, la mouvance djihadiste  est  en train de gangrener la région des trois frontières : Le Sud Burkinabé, du Niger et du Bénin, (pays jusque là épargné), et menace le Togo et le Ghana, pays qui ont une façade maritime.

Harcelés dans la zone Sahélienne de 5 millions de km2 par 4 100 militaires Français de l’Opération  Barkhan, ceux de la Munisma et du G5 Sahel, les djihadistes peuvent trouver  des refuges dans ces vastes  étendues  pleines d’anfractuosités.

Qui plus est, la faiblesse des états et la pauvreté en font des terreaux très fertiles. 

Des régions que se disputent Al Qaeda, Boko Haram et l’ Etat Islamique.

Son  Califat autoproclamé détruit en Syrie,   Abou Bakr Al-Baghdadi est en train de se redéployer en Afrique à partir de la Libye. « L’Etat Islamique dans le Sahara «  ( EIGS) dirigé par Adnan Abou Wali Sahraoui qui  a quitté Al Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar  pour faire  allégeance à Daesh en 2015 serait le principal responsable  de cette poussée de l ‘ Etat Islamique  vers le Golf de Guinée. 

Al Qaeda   est plutôt présent dans le Sahel avec   Iyad  Ag  Ghali du Mnla et la Katiba Macina ou Front de libération du Macina composé d’anciens combattants du Mujao, majoritairement Peuls et dirigé par Amadou Koufa.

Quant à Boko Haram et son Emir Abubakar Chekau, ils sévissent surtout  au Nigéria, Cameroun et Tchad.

Serigne Mbacké Ndiaye

Laisser un commentaire