Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Bataille pour la direction du Ps : Le principal obstacle à avènement de Khalifa Sall

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est maintenant bien parti pour la succession  du premier secrétaire du Parti Socialiste. Moins d’une semaine après le décès  de Ousmane Tanor Dieng, la vie reprend ses droits et il est temps de lui trouver un successeur à la tête du parti.

Trois noms sortent déjà du lot des prétendants

Aminata Mbengue Ndiaye responsable du mouvement des femmes, ministre de la pêche et secrétaire générale adjointe, Serigne Mbaye Thiam ministre de l’eau et de l’assainissement  et Khalifa Sall ancien maire de Dakar actuellement en prison.

Des trois ce dernier sort largement favori.

Né en 1956, il adhère  à 17 ans et encore élève,  au Mouvement  des jeunes de  l’ Union Progressiste Sénégalaise, ancêtre du Parti Socialiste du président Léopold Sédar Senghor. 

Socialiste pur jus, il  est resté fidèle au PS malgré les soubresauts et les aléas de la vie politique.

Ababacar Gaye : « Après le décès de Ousmane Tanor Dieng, quel Khalifa pour prendre la relève au Ps ? » 

Et de désigner tout naturellement l’ex maire de Dakar : «  Légitimement il l’est. Politiquement, il a les arguments. Socialement, il est plus coté que ses pairs. Sur toutes les échelles où il pourrait être amené à se mesurer avec ses éventuels rivaux, Khalifa Sall part avantagé et de loin. »

D’autant que Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam sont extrêmement décriés au sein même de leur camp et ne doivent leur stature qu’à la protection de Ousmane Tanor Dieng.

Les sorties récentes de Me Moussa Bocar Thiam et Abdoulaye Galo Diao en témoignent éloquemment.

Le principal obstacle à l’accession de Khalifa Sall pourrait  donc ne pas résider au sein du Ps, mais de Benno Bokk Yacaar en la personne du président de la république.

Macky Sall parlant de Ousmane Tanor Dieng : « De son lit d’hôpital, il m’envoyait des confidences sur sa formation politique. Tanor a bel et bien préparé sa succession et le moment venu, je vais le dévoiler. »

Comme si un parti politique est un bien personnel dont on choisit  discrétionnairement l’héritier.

En vérité Macky Sall n’entend pas libérer son principal allié.

Et il l’avoue lui-même : « Il faut maintenir la collaboration et bien garder le flambeau du Parti Socialiste. Pour ce qui me concerne, je ne trahirais jamais notre alliance. Je vais respecter tous les engagements que j’ai pris. »

En dépit de l’alignement des astres, le chemin qui mène à la tête du Ps semble encore loin pour Khalifa Sall.

A moins qu’il ne se rapproche du locataire du palais de la république.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :