Casamance : Pourquoi l’impossible paix !

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je réglerais la crise Casamançaise en 100 jours. » Ce fut l’une des promesses phare de  Abdoulaye Wade lors des élections présidentielles de l’an 2000. Prés de 20 ans plus tard, le feu couve toujours dans cette partie sud du pays, compte non tenu des 20 précédentes années de braises.

Si la solution miracle pour éteindre le feu est toujours  en mode recherche, on sait au moins l’une des raisons pour lesquelles, cette paix n’est jamais intervenue. 

Et c’est Abdoulaye Wade, qui, au détour de sa harangue contre le président Macky Sall, ce jeudi 7 février 2019 au siège de son parti qui nous la livre :

L’existence depuis le président Abdou Diouf, d’un fonds de 60 milliards mis à la disposition du premier ministre pour régler les questions liées à la crise casamançaise. 

« Depuis Abdou Diouf, le Premier ministre a un fonds spécial  pour la question Casamançaise. Un fond de 60 milliards. (…) C’est un fonds que personne ne contrôle. Ni le président de la république, ni l’assemblée nationale. »

En fait, le président Abdoulaye Wade ne fait que confirmer ce que de  nombreux observateurs ont toujours dénoncé : la primauté donnée à l’argent occulte dans la gestion de la crise Casamançaise.

Un argent facile qui a généré des hordes de « facilitateurs » et autres intermédiaires entre les Rebelles et le pouvoir. Des porteurs de mallettes au profit de quelques chefs rebelles, et qui en ont profité pour s’en mettre pleines les poches. 

Un  fonds spécial  qui a enrichi un petit nombre de privilégiés (Officiels du pourvoir, intermédiaires et chefs rebelles) sans jamais  atteindre son objectif : Ramener la paix en Casamance.

Serigne Mbacké Ndiaye 

%d blogueurs aiment cette page :