COMMENTAIRE – Du combat de principe à la supplication : L’aveu d’échec de Alioune Tine

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

«  Nous-nous adressons au président de la république, non en tant que chef de l’état, mais au musulman, au citoyen pour lui dire qu’il est temps qu’il entende cet appel de l’ensemble des citoyens Sénégalais pour libérer Khalifa Sall. Votre Excellence, s’il vous plait libérez Khalifa Sall ! »

Humiliante  déclaration pour quelqu’un qui s’est battu toute sa vie pour  des principes ou point d’en devenir l’icône en Afrique : Le respect des droits de l’homme.

Toute une vie de combat annihilée par quelques malheureuses phrases que rien ne justifie car donnant raison à la force face au droit. Supplier Macky Sall de libérer Khalifa Sall, c’est reconnaître l’échec de la Justice sur l’Injustice.

C’est cautionner tout contre quoi  vous-vous  êtes battu jusque-là : l’arbitraire et la violation des Droits de l’homme.

La libération de Khalifa Sall doit être le fruit de la lutte pour le respect de ses Droits. Un respect d’ailleurs exigé par les citoyens, la société civile, la cour de justice de la CEDEAO, Amnesty International et l’Onu.

Khalifa Sall a le Droit avec lui et n’à pas besoin qu’on mendie sa libération.

D’autant qu’une Grâce n’aura aucun impact sur ses droits civiques qui continueront à lui être refusés.

Politiquement et pour sa dignité, il a plus intérêt à purger sa peine que d’être libéré pour des « raisons humanitaires »

Ce qui serait un aveu de culpabilité.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :