Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le Fait (commentaire) du jour – Nomination d’une Commission Cellulaire : Et la virgule ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sagesse et surtout la logique auront fini par l’emporter. Le président de la république a accepté de répondre favorablement à l’exigence de ses 4  adversaires à la présidentielle de février 2019,  en mettant sur pied une Commission Cellulaire présidée par une personnalité consensuelle pour diriger le  Dialogue qu’il appelle de ses vœux :

«  Pour un Dialogue sincère, bien organisé, il fallait une Commission neutre, avec un Modérateur et un Pilote »  s’est réjoui Daouda Ba, le porte-parole de Rewmi, estimant qu’il n’ y a plus de raison de  le boycotter.

En tout cas pour Idrissa Seck, Issa Sall, Ousmane Sonko et Madické Niang.

Car pour certains membres du Front de résistance nationale (Frn), le problème reste entier, notamment pour le Pds et les Khalifistes qui ont fait de la résolution  des cas de Khalifa Sall ( en prison) et de Karim Wade( en exil), la condition sine qua non de leur participation.

Des fêlures sont donc à craindre dans la belle unité dont l’opposition a fait preuve jusque-là.

Autre inquiétude, le destin des conclusions du Dialogue.

S’il devait être identique à celui des Assisses Nationales, organisées entre le 1e juin 2008 et le 24 mai 2009,  après la réélection contestée de Abdoulaye Wade en 2007, et présidée par une Personnalité Neutre Amadou Mokhtar Mbow,  ce serait une perte de temps et d’argent :

Ces Assisses nationales avaient regroupé plus de 140 personnalités venant de tous les milieux de la vie publique, couté 109 millions de Fcfa et ses résultats rédigés dans un rapport d’une cinquantaine de pages : « Les Assises ne sont ni la Bible, ni le Coran » avait décrété Macky Sall. 

Au lendemain des élections tout aussi contestées de 1988,  Abdou Diouf le président élu avait aussi mis en place une Commission Cellulaire composée des partis politiques, de la société civile, d’experts et dirigée par une Personnalité Neutre, le juge Kéba Mbaye.

Cette Commission était chargée de rédiger un Code Electoral Consensuel qui mettrait un terme aux contestations post présidentielles : «  Rassurez-vous, je n’y changerai pas une virgule »  leur promit-il à l’entame de leurs travaux.

Effectivement, le code fut voté tel quel les 7 et 15 février 1992 et fut à la base des alternances démocratiques de l’an 2000 et 2012.

On attend de savoir ce que Macky fera lui, de la virgule.

Serigne Mbacké Ndiaye

Laisser un commentaire