Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Déformation professionnelle : Ismaëla Madior Fall parle t-il trop ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En tant que professeur, son travail consiste à parler. Il est même payé pour parler. Inculquer le savoir à ses étudiants. Cependant, la fonction de ministre demande une certaine retenue, une maitrise de sa communication, autant dans le fond que dans la forme.

Ismaëla Madior Fall semble cependant être passé des amphithéâtres, aux bureaux lambrissés du ministère de la justice, en demeurant toujours professeur. C’est à dire, payé pour parler.

Mieux, ce ne sont plus à quelques centaines d’apprenants qu’il dispense des cours, mais à 15 millions d’étudiants.

Il est en effet passé de l’université Cheikh Anta Diop, à l’université du Sénégal.

Pas un jour sans qu’on ait droit à un cours de Droit magistral… pas toujours Magistral.

Epiloguer sur un troisième mandat du président de la république, alors que celui-ci n’a même pas encore prêté serment pour le deuxième, alors que Macky Sall appelle à un apaisement du climat politique, affirmer que « des membres du parti au pouvoir condamnés et d’autres épinglés par la Cour des Comptes remboursent aujourd’hui les sommes en cause », alors que Khalifa Sall croupit en prison et Karim banni comme un renégat, est à la limite suicidaire.

Lui dont le nom rappelle les princes du Kayor, devrait méditer sur ce truisme que ne renierait pas Birima Ngoné Latir Fall dont on disait qu’il ne parlait qu’une fois par an : « de tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus intéressants sont ceux qui se taisent. »

Serigne Mbacké Ndiaye