Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Des questions restent en suspens au Gabon

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

24h après le coup de force manqué perpétré par un groupe de militaires appelant à un soulèvement populaire, le gouvernement gabonais a mis le meneur du putsch ainsi que d’autres militaires arrêtés à la disposition du Parquet.

Des enquêtes sont annoncées par Libreville mais les Gabonais continuent de s’interroger sur l’attitude du gouvernement. 

Réactions des leaders de l’opposition

#Gabon 24 h plus tard, l’opposition gabonaise, aucun opposant, ne condamne le putsch? Rigolons! pic.twitter.com/dcYUiPu14V— Pahe (@pahedipoula) 8 janvier 2019

L’opposition n’a pas condamné la tentative de coup d’Etat menée par une poignée de soldats.  Profitant du vide, les partis d’opposition ont plusieurs fois répété leur désapprobation quant à l’absence du président, appelant la Cour constitutionnelle à constater officiellement la vacance du pouvoir. 

Le président Ali Bongo poursuit sa convalescence au Maroc.  Il est absent du Gabon depuis deux mois et demi. Le gouvernement en place à Libreville n’assure plus que les affaires courantes.