Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Déstabilisation de l’Afrique de l’Ouest : La carte Peule de Amadou Koufa

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Français de l’intérieur sera donc au Sénégal ce lundi pour échanger sur le terrorisme et la migration clandestine.

Une occasion de jeter un coup d’œil sur l’un des plans de déstabilisation les plus cyniques de la bande Sahélo Sahélienne mis en branle par les Djihadistes : Pousser au soulèvement des Peuls.

« Je voudrais inviter mes compatriotes Peuls à ne pas céder devant de tels appels (…) et à rester conscients que la promotion de la culture Peule, surtout sur les questions d’élevage et de transhumance trouve sa solution dans l’état et non dans l’aventure. »

Telle fut la réponse du président Macky Sall à l’appel de 3 chefs Djihadistes : l’Algérien Yahia Aboul Hamman, Emir d’ Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), le Malien Iyad Ag Ghaly du Mouvement pour la libération de l’Azawad ( Mla) et du prédicateur Amadou Koufa du Mouvement pour la Libération du Macina ( Mlm) qui a pris la parole:

« Mes frères Peuls, où que vous soyez, souvenez-vous de ces mots : venez soutenir votre religion, car l’Islam et les musulmans sont combattus, dévastés et brulés. (…) J’en appelle aux Peuls où qu’ils se trouvent : Au Sénégal, au Mali, au Niger, en Cote d’Ivoire, au Burkina Fasso, au Nigéria, au Ghana et au Cameroun. »

Amadou Koufa quitta en 2015 le Mouvement pour l’Unicité et le Djihad en Afrique de l’Ouest ( Mujao) pour faire allégeance à Al Qaeda et fonda le Mouvement Pour la Libération du Macina principalement constitué de Peuls, son ethnie.

Prédicateur hors pair, maitrisant à merveille le Coran, il surfe sur les frustrations des nomades Peuls confrontés à la raréfaction de l’eau et des vivres du fait de la sécheresse, à la pression démographique qui réduit la mobilité des troupeaux et au mépris de l’état central pour les nomades, qui privilégie les sédentaires, plus maitrisables.

Il leur fait miroiter le retour à l’Age d’or de l’empire mythique du Macina. Un empire Théocratique régi par un Islam pur et rigide synonyme de justice et d’opulence.

Un discours qui fait merveille auprès de jeunes Peuls qui le rejoignent par centaines pour combattre à ses côtés.

Au point de faire naitre dans la région, la confusion entre Peul et Djihadiste. D’où l’animosité avec les chasseurs traditionnels Dozo et les attaques dont ils sont l’objet de leur part.

Celle d’Ogossagou le samedi 23 mars 2019 qui avait fait 157 morts et qualifiée de crime contre l’humanité par l’Onu entre dans cette confusion.

Des attaques qui font l’affaire de Amadou Koufa en cela qu’elles lui permettent de réveiller le sentiment de révolte et de vengeance des Peuls au-delà des frontières et des continents.

En effet, les vidéos et les photos des massacres partagées sur les réseaux sociaux ont réveillé l’instinct grégaire de nombre de ceux qui se réclament de cette ethnie.

Des Groupes Facebook Foulbé qui mettent en avant le Pulaaku, (la manière d’être des Peuls) foisonnent, faisant craindre le début d’un repli identitaire transnational.

Egalement appelés Fellata, Fufuidé, Fulanké, Fulbé, Fulanis, Puular ou Torobbé, ils sont présents dans une quarantaine de Pays en Afrique, surtout de l’Ouest.

Ils sont 16,8 millions au Nigéria, 4,9 millions en Guinée Conakry 3, 5 millions au Sénégal, 3 millions au Mali, 1, 2 million au Burkina Faso, 580 000 au Tchad, 320 000 en Guinée Bissau, 1,6 million au Niger, 4 600 au Ghana, 2,9 millions au Cameroun.

Un trait d’union entre ces pays et qu’Amadou Koufa rêve de transformer en une mèche reliée à la Poudrière Malienne pour faire exploser toute l’Afrique de l’Ouest.

Serigne Mbacké Ndiaye