Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Dette extérieure du Sénégal : 2000 milliards de plus en un an, la BM alerte

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce sont des chiffres qui font froid dans le dos. La Banque Mondiale vient de publier l’édition 2020 des Statistiques sur la dette internationale (IDS). L’institution a fait notamment un focus sur l’encours de la dette extérieure des pays à revenu faible et intermédiaire. Le Sénégal est bien sûr représenté dans ce tableau. Selon la BM, notre pays doit exactement 7 453 milliards  545 000.000 millions FCFA à ses créanciers étrangers. 

La Banque Mondiale n’est pas rassuré par l’accroissement de la dette extérieure des pays à revenu faible et intermédiaire. Elle pense que cela contribue à fragiliser leurs économies. Alors que ces créances n’ont cessé de croitre ces dernières années. Elles  ont atteint 7 800 milliards de dollars en 2018, ce qui correspond à une hausse de 5,2 % par rapport à l’année précédente, mais aussi à un ralentissement par rapport à l’augmentation enregistrée en 2017. Compte non tenu des dix plus gros emprunteurs du monde (Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Chine, Fédération de Russie, Inde, Indonésie, Mexique, Thaïlande et Turquie), les stocks de dette cumulés par les pays en développement ont augmenté de 4 %. 

Concernant le Sénégal, la dette extérieure est passée de 8 milliards 895 millions de dollars en 2017 à 12 milliards 485 millions de dollars en 2018 soit une hausse de plus de 3 milliards de dollars en un an. Ce qui veut dire qu’en une année, la dette extérieure du Sénégal a augmenté 2143milliards 23 millions FCFA.  Il faut noter que la dette extérieure désigne l’ensemble des dettes qui sont dues par un pays, État, entreprises et particuliers compris à des prêteurs étrangers.

Les Statistiques sur la dette internationale dressent chaque année un état des lieux de l’évolution de la dette extérieure et plus généralement des flux financiers en direction des pays en développement, en mettant en évidence les facteurs à l’origine de ces variations. 

Omar Ndiaye 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :