Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Elections en RDC: l’heure est au comptage des voix

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le triple scrutin de dimanche, marqué par une forte affluence et des incidents, le dépouillement est en cours en République démocratique du Congo. La Céni doit annoncer les résultats provisoires le 6 janvier au plus tard.

L’affluence a été forte dimanche pour ces élections présidentielle, législatives et provinciales. Les bureaux de vote devaient fermer à 17h (heure locale), mais au vu des retards à l’ouverture, beaucoup ont dû prolonger les opérations. Plus de 38,5 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour désigner le successeur du président Joseph Kabila après deux ans d’attente et trois reports.

Le dépouillement s’est donc poursuivi jusqu’à tard dans la nuit de dimanche à lundi pour départager les 17 candidats encore dans la course.

A Kinshasa, le comptage s’est déroulé dans le calme, a rapporté notre correspondant sur place. Pas d’attroupement, très peu de véhicules en circulation, quelques supermarchés ouverts. La capitale était déserte dimanche soir. Tout le monde avait décidé de rentrer chez soi aussitôt le scrutin terminé. Sauf les électeurs des bureaux qui avaient ouvert avec retard qui votaient encore tard dans la soirée.

Les réseaux sociaux étaient eux en revanche plus animés. On pouvait y lire de nombreux témoignages sur les difficultés rencontrées par les électeurs dans tout le pays et aussi des premières tendances sans aucun fondement avéré.

RFI a également assisté au comptage manuel dans certains bureaux de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu.Nous travaillons avec les lampes mais on ne sait pas si elles vont tenir jusqu’à 2h ou 3h du matin.

A Lubumbashi, les électeurs, les témoins et les observateurs se sont montrés particulièrement vigilants. Et la tension est parfois montée.C’est important car ce n’est pas clair. 

La Céni satisfaite, des irrégularités déplorées

La journée de vote a été émaillée de quelques violences. Quatre personnes ont été tuées dans le territoire de Walungu, au Sud-Kivu. De nombreux dysfonctionnements ont aussi été constatés : pannes de machines à voter, problèmes d’affichage des listes électorales, retards d’ouverture des bureaux de vote ou encore observateurs empêchés d’assister au dépouillement.

Mais malgré ces couacs, dimanche soir, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa, n’a pas caché sa satisfaction.Première satisfaction : il n’y a aucun mort à Kinshasa, il n’y a pas de chaos. Les gens ont voté massivement, tout le monde a manipulé la machine à voter facilement. 97,3% des bureaux de vote ont réellement ouvert à temps. 

Corneille Naanga, président de la Céni31-12-2018

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a estimé elle que le vote s’était déroulé dans un « climat relativement calme ». L’abbé Donatien Nshole fait toutefois l’inventaire des irrégularités rencontrées.Le climat général du déroulement du vote a été relativement calme.

L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) a elle dénoncé des cas d’observateurs électoraux arrêtés ou frappés par les forces de l’ordre. Des exactions qui se seraient poursuivies pendant l’opération de dépouillement dans la nuit. Me George Kapiamba accuse le pouvoir d’être derrière ce qu’il qualifie d’actes d’intimidation.Nous avons enregistré au moins une trentaine de cas de membres de l’observation nationale mais aussi des membres de la société civile. 

Le chef de la mission d’observation électorale SYMOCEL (Synergie des missions d’observation citoyenne des élections) veut croire lui à une amélioration. Bishop Abraham Djamba appelle la Commission électorale à un « sursaut » et à « prendre des mesures pour garantir le bon aboutissement de ce processus. Il serait vraiment dommage, souligne-t-il, qu’on arrive à gâcher cette opportunité historique qui est donnée au pays. »

Les principaux candidats confiants

Du côté des principaux candidats, au cours d’une conférence de presse dans la soirée, Martin Fayulu a dit croire à la victoire de son camp. Le candidat de la plateforme Lamuka a néanmoins dénoncé des irrégularités dans l’organisation de ces scrutins. Dans plusieurs centres du pays, les machines à voter ne fonctionnaient pas. Pire, les témoins de Lamuka ont été chassés de plusieurs bureaux de vote.

« J’ai déjà gagné. Je serai élu, c’est moi le président à partir de ce soir », avait affirmé quant à lui Emmanuel Ramazani Shadary dès le matin en sortant d’un bureau de vote.

En glissant son bulletin dans l’urne à Kinshasa, Félix Tshisekedi avait lui lancé : « A nous la victoire ! »

Le compte à rebours a commencé. Les résultats provisoires sont attendus pour le 6 janvier au plus tard, a indiqué la Céni.

Avec Rfi Afrique

%d blogueurs aiment cette page :