Électricité:  Makhtar Cissé contredit le palais

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Macky Sall ne tiendra pas  sa promesse de baisser le prix de l’électricité malgré l’annonce d’une subvention de 100 milliards de la Banque Mondiale pour soutenir le secteur de l’énergie. Si l’on en croît le nouveau ministre de l’énergie, cette option est pour le moment inenvisageable. En attendant, l’État devra trouver une solution pour contenir les frustrations des populations qui ont une fois de plus tenu à répondre à l’appel de la société civile ce vendredi 10 janvier 2020 pour dénoncer cette décision.

Les vendredi s’enchaînent et Noo Lank continue de mobiliser sur la hausse du prix de l’électricité. Lorsque ces manifestations sont autorisées, une foule immense déferle sur les pavés de la place de la nation. Des jeunes et des personnes du troisième âge qui se retrouvent on dirait dans ce type d’expression.

La première grande mobilisation de Noo Lank a été organisée le vendredi 13 décembre 2019. Les motifs invoqués par les marcheurs étaient la hausse du prix de l’électricité et l’arrestation de Guy Marius Sagna. Mais, dans les déclarations des participants anonymes  l’on insiste surtout sur la cherté du niveau de la vie et sur la nécessité pour l’État de revenir sur sa décision de hausser la factures électriques.

Ce 10 janvier aussi les sénégalais ont tenu à insister sur ce point qui semble leur tenir à coeur. Alors que les nouvelles déclarations du ministre de l’énergie ce vendredi 10 décembre repoussent à 2022 toute baisse de prix de l’électricité.

Mouhamadou Maakhtar Cissé contredit du coup la présidence de la République qui avait assuré qu’à la suite d’un entretien avec une banque indépendante dénommée Fieldstone, le chef de L’État va baisser le prix de l’électricité au premier trimestre 2020.

Les autorités ont jusque là su gérer les manifestations autour du prix de l’électricité. Aidés surtout par les participants qui semblent privilégier le rassemblement pacifique. Néanmoins, il y a des failles dans la communication qui semblent indiquer un manque de coordination.

Omar Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :