Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Enseignants  dans les années de braises : Les Casamançais leur rendent hommage

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils n’étaient pas très nombreux, les fonctionnaires qui avaient accepté de continuer leur service dans les zones de conflit dans la région naturelle de la Casamance à une certaine époque. La rébellion du Mfdc était alors à son paroxysme et les accrochages avec l’armée fréquente.

Considérés comme des cibles faciles, voire des représentants de « l’envahisseur », les fonctionnaires ont payé un lourd tribut à l’irrédentisme du mouvement rebelle.

Aussi nombre d’entre eux avaient déserté leurs postes, surtout dans les zones les plus dangereuses.

Il y eu cependant qui ont préféré rester pour s’acquitter de leur devoir malgré le danger omniprésent.

Parmi eux, de nombreux enseignants pour qui le sacerdoce que représente la transmission du savoir l’emporta sur le réflexe de défense du Moi.

Quatorze de ces héros inconnus surnommés « les soldats de la craie » ont atteint l’âge de faire prévaloir leurs droits à la retraite.

Au moment de prendre un repos bien mérité, les populations ont tenu à leur rendre hommage.

La cérémonie s’est déroulée à Goudomp.

Leurs noms qui ont été égrenés afin qu’ils restent à jamais inscrits dans la mémoire collective de la région :

L’inspecteur de l’éducation et de la formation Moussa Diatta, Ismael Lam ( Goudomp), Moussa Diatta ( IEF), Samba Wane Ba, Lassana Biaye, Ousmane Faty, Malang Ficou ( Goudomp), Ousmane Mansaly ( Simbani Brassou), Oumar Ndiaye ( Boubacicounda), El Hadji Ngom (Kignine) N’famara Diatta ( Birkima), Syaka Sambou ( Samine Balante), Clédor Bassene ( Kaour) et Robert Mingou ( Mangacounda).

Une cérémonie riche en émotion :

« Je faisais la navette entre Goudomp et Tanaf durant les années de braises du conflit en Casamance. J’ai vécu cela en même temps que certains collègues qui servaient en zones de risque. Nous y avions cru par amour de la patrie, non sans danger car notre défunt collègue et directeur de l’école de Niagha d’alors a été froidement tué, le stylo dans les mains », a témoigné Ismael Lam.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :