Fermeture de Consulats : Les Sénégalais de l’extérieur mettent en garde l’état

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La politique de rigueur qui se profile à l’horizon ne touchera pas uniquement les citoyens qui vivent au pays avec l’augmentation du prix de certains produits de base. Les Sénégalais de l’extérieur en feront aussi les frais.

En effet  Macky Sall a décidé de fermer nombre de consulats et de bureaux économiques à travers le monde.

Le consulat de Bordeaux a ainsi été le premier visé.

Dans cette grisaille en perspective, la Diaspora a tenu à manifester son inquiétude et son désarroi à travers un communiqué et rappelant « la nécessité pour nos compatriotes de s’unir pour faire face à toute tentative de rabais des services à la Diaspora. »

La Fédération Internationale des Sénégalais de la Diaspora qui «  appelle à une Diaspora unie et engagée pour le développement du Sénégal, loin des carcans politiques et religieux » et exhorte l’état « à plus de dialogue avec nos concitoyens vivant dans les zones concernées afin de trouver avec eux  le moyen d’assurer la continuité  des services et leur amélioration. » 

La FISD qui se pose quelques questions existentielles : « Qu’est-ce qui justifie la suppression à la place d’une réduction drastique  du personnel ? A quel rythme se déploieront les équipes mobiles au cas où elles devraient être déployées dans cette zone ? Pourront-ils participer aux prochaines élections ? » 

Des questions auxquelles la   Diaspora attend du gouvernement  des réponses  promptes et idoines et rappelle  à l’état que les Sénégalais de l’extérieur « constituent depuis toujours des contributeurs incontournables à l’équilibre de la balance des paiements et méritent à ce titre une meilleure gestion ainsi que des services consulaires de qualité. »

Rappelons que les Sénégalais de l’extérieur ont transféré plus de 1.000 milliards FCA au pays en 2018, et arrivent 3e derrière le Nigéria et le Ghana en Afrique.

Une somme largement supérieure aux montants générés par la pêche, le tourisme et l’aide au développement cumulés. 

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :