Forage en eaux profondes: le Ghana ouvre la voix 

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En annonçant le 18 novembre dernier, la découverte d’un vaste gisement de pétrole de 1,2 milliard de barils dans le bloc offshore Cape Three Points Block 2 (WCTP), la société ghanéenne Springfield E & P venait d’entrer dans l’histoire. Elle est devenue la première compagnie pétrolière africaine à découvrir du pétrole en eaux profondes. C’est d’ailleurs la première à forer dans des profondeurs aussi importantes. Un succès qui montre que les compagnies africaines du secteur, depuis toujours marginalisées, peuvent réussir là où les plus grandes multinationales ont échoué. L’américain Kosmos Energy avait renoncé à ses intérêts dans le même bloc quelques années plus tôt, au terme d’une campagne de forages jugée infructueuse.

Après la découverte en octobre du plus grand gisement de gaz naturel de l’année dans les eaux mauritaniennes, Springfield Exploration & Production est l’une des plus belles réussites pour le secteur pétro-gazier africain en 2019. 

Après la découverte en octobre du plus grand gisement de gaz naturel de l’année dans les eaux mauritaniennes, Springfield Exploration & Production est l’une des plus belles réussites pour le secteur pétro-gazier africain en 2019.

Filiale de Springfield Energy, spécialisé dans le négoce de produits pétroliers, avec des capitaux exclusivement ghanéens, la jeune société contrôle ce qui apparaît désormais comme le plus gros gisement d’huile du Ghana. Si les caractéristiques techniques n’ont pas encore été divulguées, on sait que deux puits ont été forés par la société dans un laps de 40 jours pour en arriver à ce résultat. Le principal puits de la campagne Afina 1-X a intercepté de gros volumes d’huile, après que la plateforme de forage Stena Forth eut atteint une profondeur totale de 3323 m dans des profondeurs d’eau de 1000 m.

Springfield qui contrôle 84% de parts dans le bloc WCTP 2, estime que les réserves récupérables de pétrole sur place peuvent atteindre 3,5 milliards de barils et celles de gaz 5 Tcf, soit 1/6e du Zohr, devenu une référence en Afrique.

Avec ecofin 

%d blogueurs aiment cette page :