Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Gabon : BGFIBank dément la disparition de 1,5 milliard de Fcfa de ses comptes

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La BGFIBank Gabon a démenti lundi par le biais d’un communiqué les accusations formulées à son encontre par Alfred Bongo Ondimba, fils d’Omar Bongo Ondimba, qui lui reproche la disparition de 1,5 milliard de francs CFA du compte de son étude notariale, allant jusqu’à porter plainte contre le groupe bancaire pour « faux et usage de faux en écriture, abus de confiance …».  La BGFIBank qui n’entend pas se laisser faire, rassure ses clients sur la clarté de ses opérations comptables et dit se réserver le droit d’entreprendre toute action afin d’obtenir réparation suite aux propos diffamatoires tenus à son endroit.

C’est une affaire qui fait les choux gras de la presse. Elle oppose Alfred Bongo Ondimba, fils d’Omar Bongo Ondimba à BGFIBank. Le fils de l’ancien président gabonais accuse le groupe bancaire d’avoir fait disparaître la somme d’1,5 milliard de Fcfa du compte de son étude notariale. Il a déposé en octobre 2018 une plainte contre le groupe pour « faux et usage de faux en écriture, abus de confiance, opération de paiement non autorisée sur compte…». Une accusation que BGFIBank nie en bloc.

Le groupe bancaire a démenti lundi par la voix d’un communiqué les accusations portées par Alfred Bongo Ondimba et indique « que les opérations comptables de l’ensemble du Groupe et celles de sa filiale gabonaise sont conformes aux normes en la matière », contestant ainsi les allégations selon lesquelles il aurait orchestré la « disparition mystérieuse » d’1,5 milliard de Fcfa du compte de l’étude notariale d’Alfred Bongo Ondimba.

Cette accusation d’Alfred Bongo Ondimba a sorti le groupe bancaire gabonais BGFIBank de sa réserve, l’obligeant à publier un communiqué indiquant que « suite à la publication d’un article paru dans l’édition du 25 mars 2019 de l’hebdomadaire Jeune Afrique et relayé sur les réseaux sociaux, il tient à rassurer sa clientèle, ainsi que l’opinion publique, de son respect scrupuleux des procédures comptables et des règles qui régissent la gestion des comptes de ses clients ».

Le groupe « se réserve le droit d’entreprendre toute action afin d’obtenir réparation suite aux propos diffamatoires tenus à son endroit », poursuit le communiqué qui précise d’ailleurs que la BGFIBank Gabon est « serein quant à l’issue de la procédure judiciaire en cours ». 
La BGFIBank Gabon dit rester attachée au respect des principes de droit, et réitère sa totale confiance en la Justice gabonaise puisque, assure-t-elle, « c’est en effet devant elle et non dans les médias que doivent être vidés les contentieux ».

Avec LTA

%d blogueurs aiment cette page :