Gestion personnelle du Pds : Abdoulaye Wade reçoit trois gifles

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opinion de ses cadres n’a jamais beaucoup compté pour lui, à moins qu’elle n’épouse la sienne et l’élève à la dignité de parole d’évangile. Sa capacité à durer au côté de Wade se mesure à l’aune de son aptitude à avaler les couleuvres. Et des couleuvres, les lieutenants de Wade en ont beaucoup avalées.

Beaucoup plus qu’à leur tour.

La hargne avec laquelle ils ont défendu la candidature de Karim lors des présidentielles du 24 février dernier en est une illustration :

« Si Karim n’est pas candidat, il n’y aura pas d’élections ! », scandaient-ils en chœur sur tous les toits.

Ils savaient pourtant pertinemment que Karim ne sera pas candidat et qu’il y aura des élections.

Mais puisque c’était le mot d’ordre officiel…

Seulement à force de piétiner l’amour propre de ses proches, Abdoulaye Wade a fini par réveiller leur sens de l’honneur et leur dignité longtemps mis en veilleuse.

Décider unilatéralement de la refonte totale du Secrétariat national du Pds et de sa nouvelle composition sans même donner un simulacre de démocratie en la faisant passer par les instances du parti, est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase :

• Babacar Gaye nommé secrétaire national, président du Comité national permanent d’organisation : « Je vous saurais gré de vouloir me libérer des charges de Secrétaire national chargé du Comité national permanent d’organisation. Au demeurant je reste membre du Parti Démocratique Sénégalais. »

• Maitre El Hadji Amadou Sall nommé secrétaire national chargé des affaires juridiques et des relations avec les institutions, porte-parole du Secrétaire Général national : « Frère Secrétaire Général du PDS, j’ai pris connaissance de votre décision portant réaménagement du PDS. Pour des raisons personnelles, je vous prie de pourvoir à mon remplacement au poste que vous m’avez nommé. Restant, naturellement membre du parti auquel j’ai adhéré en 1974. »

• Aminata Sakho, nommée adjointe au Secrétaire national chargée de l’emploi des jeunes : « Par la présente, je viens vous faire part de ma démission au poste d’adjointe au Secrétaire national chargée de l’emploi des jeunes. (…) Je préfère rester une militante de base du Pds pour être plus proche de mes camardes. »

Des cadres qui ont appris la dissolution du secrétariat national de leur parti par voie de presse, et pire n’ont même pas été consultés lors de leur nomination.

Une absence totale de considération et de respect. D’où leur décision de décliner les postes tout en restant membres du parti.

Jusqu’à quand ?

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :