Gouvernance gazière : Makhtar Cissé prend des galons

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec l’exploitation prochaine des ressources gazières, le Sénégal a voulu se doter d’un nouveau cadre juridique. Il s’agit du projet de loi gazière qui doit être prochainement voté par les députés. Le texte qui a toutes les chances d’être adopté  va renforcer les pouvoirs du ministre du pétrole et des énergies qui sera au coeur des politiques publiques en  matière d’hydrocarbure. Mouhamadou Makhtar Cissé qui sera  tout de même secondé par un  organe de régulation qui donnera son avis sur les licences et les concessions qui seront attribuées et bien sûr, le président de la République.

Les acteurs  institutionnels du secteur gazier seront donc au nombre de trois.   Le ministère en charge des Hydrocarbures va veiller à la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans les activités intermédiaires et aval gazier. À ce titre, il est chargé de proposer au Président de la République la politique générale ainsi que les 

normes applicables au secteur intermédiaire et aval gazier. En outre, Mouhamadou Makhtar Cissé puisque c’est de lui qu’il s’agit doit veiller à la sauvegarde de l’intérêt général en facilitant notamment, la réalisation des infrastructures gazières qui seront exploitées par l’ensemble des acteurs dans des conditions économiques et de sécurité optimales. De même, il est censé promouvoir et veiller au respect des exigences du contenu local. Par ailleurs, c’est lui qui doit attribuer les Licences et Concessions par arrêté après avis conforme de l’organe de régulation. 

 L’organe de régulation est chargé, pour sa part, dans le respect des orientations politiques fixées par le gouvernement en la matière, de la régulation des activités intermédiaires et aval gazier. À ce titre, il veille notamment au respect des normes applicables dans le secteur intermédiaire et aval gazier, à la promotion et au développement rationnel de l’offre de gaz, à la viabilité économique et financière du secteur du gaz. Il veille également en collaboration avec les acteurs institutionnels concernés à la promotion et à l’exercice d’une concurrence libre et saine dans le secteur du gaz, la protection des droits et des intérêts du consommateur en termes d’accès à un gaz de bonne qualité, accessible et à un prix compétitif.

Omar Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :