Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Gouvernement d’union nationale, amnistie des membres du Pds : les Wade déballent

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Même si le Pds et l’Apr l’ont toujours nié, il y a eu bel et bien des pourparlers pour que Karim Wade rentre sain et sauf d’exil. En plein combat médiatique contre les frondeurs que sont Oumar Sarr et Maitre Amadou Sall, le Pds a décidé de briser le silence sur ce deal. Le Parti démocratique a préféré laisser aux jeunes du parti le soin de dire à l’opinion les contours de ce deal.

 « Aujourd’hui, pour des raisons pécuniaires et matérielles, ils (Oumar Sarr, Maitre Amadou Sall…) souhaitent liquider leur généreux bienfaiteur Karim WADE qui ils ont décidé de faire porter haineusement tous ces torts. C’est aussi parce que Karim WADE a refusé leur proposition d’enter dans un gouvernement d’union nationale de Macky SALL et une amnistie générale concernant tous les membres du PDS qu’ils lui en veulent », révèle le MEEL/UJTL. Le mouvement rappelle que Oumar SARR, Amadou SALL et Babacar GAYE ont toujours été les seuls à faire la navette Dakar/ Doha au frais du parti sans que personne ne les indexe. Il affirme que ces derniers ont ensuite cherché désespérément à faire partir le Président WADE avant l’heure. 

 Le Président WADE reproche aussi à Oumar Sarr sa participation au dialogue de Macky SALL contre l’avis du parti et du SGN. Il lui est aussi reproché lui et ses soutiens  de favoriser leurs hommes de main et combattre tous ceux qui refusent de courber l’échine devant eux. Le MEEL Rappelle  que les anciens frères et sœurs Babacar GAYE, Cheikh Tidiane SECK, AidaMBODJ, Aliou SOW, Serigne Mbacké NDIAYE, Madické NIANG, Farba SENGHOR, Pape Samba MBOUP et tant d’autres en ont déjà fait les frais.

« C’est Oumar SARR qui avait dit au Président que Babacar GAYE était parti avec Madické NIANG. Quand ils disent que le parti est géré à partir de Doha, nous leur rappelons qu’ils ont fait les listes des dernières législatives chez Amadou SALL à l’insu de tous les grands responsables du parti. Pendant ces trente dernières années, personne parmi eux n’a jamais financé une seule activité du parti et pourtant ils en avaient les moyens. C’est le président WADE qui a seul financé toutes les élections, les tournées, les déplacements aux Magals, aux Gamous, aux décès et autres évènements qui requièrent la présence ou la contribution du PDS. Aujourd’hui, ils parlent d’un comité d’initiative pour la refondation du PDS avec soit des figures qui avaient quitté le parti pour revenir grâce à la générosité du président WADE soit avec des responsables qui avaient quitté le parti pour soutenir Macky SALL. C’est du vrai cirque politique qu’ils nous proposent », se désolent les jeunes libéraux avant de poser une série de questions à celui qui est devenu l’ennemi à abattre. 

Pour quelle raison Oumar SARR se bat contre tous pour participer au dialogue de Macky SALL ? Qu’est ce qu’il y gagne ? Pourquoi il court après une amnistie de Karim WADE par Macky SALL alors que ce Karim WADE n’en veut pas ? Pourquoi Oumar SARR et ses complices ne veulent pas partager les responsabilités au sein du PDS et refusent toute promotion d’autres militants aussi méritants qu’eux ? Pourquoi bloquent-ils depuis plusieurs mois toute communication du Parti sur les scandales financiers du régime en place ? Pourquoi Oumar SARR a-t-il promis au candidat de l’APR à la mairie Dagana, qu’il ne se présentera pas lors des prochaines élections locales et, qu’il s’assurera que le PDS n’aura pas de candidat ? Peut il affirmer solennellement, devant les sénégalais que lui et Amadou SALL n’ont pas rencontré Macky SALL ? Peut-il affirmer solennellement qu’en 2018, pendant la collecte des parrainages, il n’a pas déposé une demande de récépissé devant les services du Ministre de l’Intérieur pour la création d’un parti politique et qu’à cet effet,  il a été auditionné il y a 3 semaines à la préfecture puis à la gouvernance pour les enquêtes liées à la délivrance d’un récépissé?

Enfin, ils exigent  un audit de la gestion du parti d’Oumar SARR et demandent à la direction du Parti de constater la démission d’Oumar SARR et de ses acolytes. 

Omar Ndiaye