Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Halte à la désinformation !

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les effluves…virtuelles en provenance du pétrole et du gaz découverts dans notre pays mais est toujours sous terre continuent d’empoisonner l’atmosphère au SENEGAL à quelques encablures du début de la saison des pluies.

A défaut de gaz naturel les membres du Congrès de la Renaissance Démocratique (CRD) qu’un membre de la mouvance présidentielle a rebaptisé le Comité des Recalés de la Démocratie (par défaut de parrainage du peuple ) Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo et Thierno Alassane Sall, ont eu droit à inhaler du gaz…lacrymogène.

C’était pendant la manifestation organisée par la plateforme Aar Li Nu Book. En participant à la manifestation, ils étaient bien blottis dans leur véhicule après une sortie furtive pour faire semblant de manifester mais vite remontés après les injonctions des forces de l’ordre qui demandaient de circuler car il n’y avait rien à voir.

Mais au fond d’où vient toute cette pagaille installée da notre pays?  Eh bien on ne va pas chercher midi à quatorze heures. C’est notre consœur de la BBC qui est à la base après son documentaire nul sur le pétrole au SENEGAL. En effet, comment une professionnelle!? digne de ce nom peut elle, après une enquête de près de 2 ans, et ne s’intéresse pas à toutes les parties concernées par son sujet? Pendant 2 ans elle est passée certainement devant les bureaux de la direction de BP au SENEGAL et les ignorer royalement! Pourquoi nous a -t-elle pas dit qu’elle a tenté à plusieurs reprises à rencontrer des membres du gouvernement en charge des questions du pétrole ou la direction régionale de BP ou Alioune Sall cité dans le reportage? C’est quand on l’a interrogée après la diffusion de son élément qu’elle nous apprend qu’elle a tenté mais en vain!. Mais dans les cours élémentaires en journalisme on explique aux Etudiants que si une personne impliquée dans un reportage vous refuse un entretien, dans votre compte rendu, dites le à vos aux auditeurs ou lecteurs pour que l’on sache que ce n’est pas faute d’avoir essayé mais en vain! Ce n ‘est pas cela qu’a fait la journaliste britannique.

Il a fallu qu’on l’interroge après diffusion de son reportage pour qu’elle nous dise qu’elle a essayé de rencontrer toutes ces personnes mais en vain. C’était trop tard parce que la désinformation s’est installée dans les esprits. 
En fait, notre consœur!? était venue pour chercher une confirmation de ses convictions comme quoi il y a corruption ou malversations dans le pétrole au SENEGAL.

La solution était toute simple! Il fallait prendre langue avec les opposants les plus radicaux au régime de Macky Sall. C’est ce qu’elle a fait. Et on a vu le résultat. Cela aussi on l’enseigne dans les Ecoles de journalisme. Le journaliste en aucune façon ne doit chercher à faire confirmer ses convictions. Les auditeurs ou autres lecteurs n’ont pas besoin de connaître les convictions ou la position du journaliste dans toute question qui fait objet de son reportage. Il doit chercher les informations les plus complètes possibles et les livrer au public.

Un point un trait. Le journaliste dans un reportage ne cherche pas à convaincre qui que ce soi. Il informe il ne communique pas. En informant il cherche à convaincre personne alors qu’en communicant il cherche à nous faire adhérer à ses convictions. 

Cette désinformation s’est prolongée quand des opposants ont voulu faire croire aux Sénégalais que les sommes des différentes transactions entre hommes d’affaires privés seront prélevés dans les avoirs du SENEGAL. On a pas besoin d’être économiste  pour savoir que cela est faux. Mais on crie sur tous les toits que notre  pays va perdre 6000 milliards de notre francs! Si cela n’est pas de la désinformation dites moi ce que c’est!

Le pétrole ne peut et ne doit être une malédiction comme l’a bien dit Mgr Benjamin Ndiaye Archevêque de Dakar. Ce chef religieux nous rappelle qu’un don de Dieu ne peut pas être une malédiction mais plutôt une BENEDICTION! Que chaque  Sénégalais positive sur cette manne pour que Le Tout Puissant puisse exaucer nos prières! 

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

%d blogueurs aiment cette page :