Hissène Habré : Vers une grâce présidentielle ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les victimes du régime d’Hissène Habré seront devant la presse ce 3 décembre pour faire entendre leurs voix après de récentes déclarations de l’épouse de l’ancien président tchadien. Selon Fatimé Raymonne Habré, l’ex-chef de l’État tchadien, condamné en mai 2016 à la prison à vie à Dakar, serait malade, et son état de santé serait incompatible avec sa détention.

Mais de son côté, l’Association des victimes des crimes du régime Hissène Habré dénonce une manipulation visant à obtenir une grâce. Le président de l’association, le Tchadien Clément Abaïfouta, a fait le déplacement à Dakar pour faire une mise au point.

Détenu international

Son téléphone n’arrête pas de sonner, dit-il. Des appels de victimes tchadiennes du régime d’Hissène Habré, inquiètes de la campagne pour sa libération. Clément Abaïfouta a fait le voyage depuis Ndjamena pour « dire la vérité. C’est un procès historique. Il faudrait être un peu plus sérieux vis-à-vis de ce procès qui a fait du bien à l’Afrique ».

Si Hissène Habré est vraiment malade, alors il doit être soigné, selon Clément Abaïfouta. Mais il doit purger sa peine. « Habré est dans sa cellule, explique le président de l’Association des victimes du régime. Il a une télévision, un petit-déjeuner. Nous, nous n’avions même pas un bout de natte. Les victimes sont en train de souffrir à Ndjamena et réclament des réparations qui tardent à venir. On n’en parle pas. Madame Habré parle de son mari, mais qu’on parle aussi des victimes ».

Au total, 82 milliards de francs CFA d’indemnités (près de 125 millions d’euros) n’ont pas été versés. Une éventuelle grâce d’Hissène Habré serait pour les victimes une injustice supplémentaire. « Habré n’a pas été condamné par la justice sénégalaise, rappelle Clément Abaïfouta. Il a été condamné par la procédure internationale. Le Sénégal à lui seul ne peut pas se permettre d’accorder une grâce à Habré ». Le président de l’Association des victimes espère faire entendre cette position aux autorités sénégalaises dans les prochains jours.

Sources Rfi

%d blogueurs aiment cette page :