Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Ibrahima Sall, président de l’Asred : Adama Gaye n’a pas assez de soutien

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le journaliste qui est actuellement  incarcéré à la prison de Rebeuss a entamé depuis ce lundi 9 aout 2019 une grève de la faim. L’homme est  actuellement enfermé dans la chambre no 1 selon  Ibrahima Sall, président de l’association pour le soutien et la réinsertion des détenus, Asred.

« Avec son statut, Adama Gaye ne devrait pas être incarcéré dans la chambre 1. Même si les conditions de détention ne sont pas très difficiles dans cette cellule, ce n’est pas une chambre confortable pour Adama Gaye. Il ne devrait pas y être, car cette chambre est classée dans le cinquième secteur. Il devrait être dans les chambres des Vip qui prennent prés de  sept personnes. »

Les chambres 1 et 2 accueillent les personnes âgées de 55 à 80 ans  renseigne t-il :

«  Les conditions de détention ne sont  pas très dures parce que l’administration  pénitentiaire prend en compte l’âge des détenus.  Dans les années 2015-2016 la chambre (10 mètres sur 7) accueillait  entre 80 à 90 personnes. Mais d’après les dernières informations que j’ai obtenues, cette chambre reçoit  110 et 120 personnes. Elle  a les mêmes dimensions que la chambre 9 qui  abrite plus de 200 personnes. » 

Sur les raisons de sa grève, l’humanitaire est formel :

«  Adama Gaye ne conteste pas les conditions de sa détention. Mais la grève de la faim est un moyen pour le détenu de se faire entendre. Adama Gaye n’a pas assez de soutien, donc la seule alternative, c’est la grève de la faim pour attirer l’attention des autorités ».

Ibrahima Sall a tenu ces propos dans le journal l’Obs

Nhnews

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :