Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Incendies de marchés à répétition: Y aurait-il un pyromane dans la nature ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Question de prime abord saugrenue, mais d’une extrême pertinence vu le nombre exponentiel d’incendies de marchés qui s’égrènent tel  un chapelet Satanique.

Marché Tiléne de Ziguinchor, Parc Lambaye de Pikine,  marché central de Thiès, marché Sandaga, marché Pikine de Saint Louis,  marché Ndoumbé Diop de Diourbel, marché Zinc de Kaolack, marché central de Kolda, marché Bou Ndao de Louga, Ross Béthio, marché Okaas de Touba… et la liste est loin d’être exhaustive.

D’ailleurs,   au moment où on écrit ces mots, le marché Petersen de Dakar est en train de bruler.

La macabre litanie se poursuit  donc, avec ses lots de cantines et de marchandises qui se consument, emportant avec elles, des  vies de labeur et d’espoir. 

Comme une éternelle ritournelle, la réponse de ceux qui se parent du titre d’autorités reste immuable : un masque de circonstances et la promesse de reconstruire un nouveau marché.

Y a t-il dans le Plan Sénégal Emergent de Macky Sall un projet de modernisation  des marchés au Sénégal ?

Quid de la responsabilité des maires, de qui dépendant les marchés situés dans leurs communes ?

Madiop Diop, maire de Grand Yoff : « Les gens ne respectent pas les normes. Je dis que c’est la responsabilité des maires parce que les marchés font partie des patrimoines des communes. Au niveau de chaque marché, il y a un bureau en charge de la gestion. Mais malheureusement, ces bureaux autorisent les constructions anarchiques. Les maires doivent prendre leurs responsabilités pour que cessent ces  pratiques qui sont source de danger pour les commerçants et pour les riverains des marchés. » 

Constructions sans normes de sécurité ni bouches d’incendie, amoncellement hétéroclite de marchandises  inflammables, branchements anarchiques d’électricité, sous l’oeil  bienveillant  du maire uniquement intéressé par le ‘’djiouti’’ et celui torve d’un état qui a exclu la prévention dans son mode de gestion de la cité : et si on venait de trouver  nos pyromanes ?

Serigne Mbacké Ndiaye

Laisser un commentaire