Syrie : La France se positionne au cœur du jeu diplomatique

Lors d’une interview télévisée dimanche soir, le président Emmanuel Macron a justifié les frappes en Syrie et mis en avant le rôle crucial joué, selon lui, par la France au sein de la coalition occidentale. Il a notamment affirmé avoir convaincu Donald Trump de “rester dans la durée” en Syrie. Une intervention largement remarquée et commentée par la presse internationale.

Au lendemain des frappes occidentales contre le régime de Bachar El-Assad, le président Emmanuel Macron a vanté dimanche soir le rôle de la France lors de cette opération, au cours de son intervention sur BFMTV. Il a notamment assuré qu’il était parvenu à convaincre le président américain, Donald Trump, de ne pas se désengager de Syrie et de ne frapper que des sites chimiques. Une intervention très suivie sur Twitter et largement relayée par la presse internationale qui souligne la volonté de Paris de se positionner au cœur du jeu diplomatique. “Le président quadragénaire cherche ainsi à affirmer son leadership en Syrie, alors que la participation de la France aux frappes est critiquée dans son pays, analyse le Wall Street Journal. Au cours du week-end, les élus de l’opposition ont estimé […] que la France était en train de perdre son indépendance en suivant les États-Unis et le Royaume-Uni”, ajoute le quotidien.

La Maison-Blanche dément les propos de Macron

Piqué au vif et embarrassé par les affirmations d’Emmanuel Macron, qui affaiblissent son rôle au sein de l’opération en Syrie, Washington s’est empressé de démentir, comme le rapporte la chaîne américaine Fox News sur son site Internet. “La mission américaine n’a pas changé : le président a clairement indiqué qu’il voulait que les forces américaines rentrent chez elles le plus rapidement possible”, a assuré la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, dans un communiqué. “Nous sommes déterminés à écraser l’État islamique et à créer les conditions qui empêcheront son retour. En outre, nous attendons de nos alliés qu’ils assument une plus grande responsabilité militaire et financière pour la sécurité de la région.”

L’intervention musclée d’Emmanuel Macron survient alors que les Nations unies s’apprêtent à discuter lundi d’un nouveau projet de résolution présenté par Washington, Paris et Londres, rappelle le quotidien britannique The Independent. Le texte inclut notamment la création d’un nouveau mécanisme d’enquête sur l’emploi d’armes chimiques.

L’Allemagne peut “prévenir l’escalade du conflit”

La France “n’a pas déclaré la guerre” à la Syrie de Bachar El-Assad, a toutefois insisté dimanche le président français, qui a rappelé la volonté de Paris de trouver une solution politique “inclusive”, regroupant tous les acteurs de la crise.

L’hebdomadaire allemand Der Spiegel notait dimanche, pour sa part, que l’engagement de la France compliquait la relation franco-allemande. “La passivité militaire de l’Allemagne”, qui, depuis la fin de la guerre, s’est tenue éloignée des interventions militaires “est difficile pour l’Union européenne”, note le journal. “Le gouvernement” allemand peut toutefois jouer un rôle diplomatique en axant “sa politique sur la prévention de l’escalade du conflit”, ce qui “ne fonctionnera que si les dirigeants de Moscou et de Berlin se parlent à nouveau”,conclut l’hebdomadaire.

Source : reveil.courrierinternational.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *