Brèves Inter : Israël, Arménie, Yahoo : les informations de la nuit

Israël renonce à son plan contesté d’expulsion de migrants africains.

Le gouvernement israélien a annoncé mardi avoir renoncé à son plan controversé d’expulsion de migrants africains entrés illégalement dans le pays, rapporte Ha’Aretz. Les services du Premier ministre, Benjamin Nétanyahou, ont indiqué dans un communiqué qu’Israël allait rouvrir ses centres de détention pour les demandeurs d’asile. L’État met fin à la tenue d’audiences pré-expulsion pour les demandeurs d’asile et les décisions antérieures sur la question sont désormais caduques, ajoute le quotidien israélien. Il y aurait actuellement en Israël 39 000 citoyens érythréens et soudanais, selon le journal.

Arménie : nouvel appel à manifester, deux jours après la démission du Premier ministre. Nikol Pachinian, le chef de l’opposition arménienne qui a contribué à pousser le Premier ministre à démissionner en début de semaine, a appelé mardi ses partisans à reprendre les manifestations mercredi après l’annulation de négociations prévues avec le parti républicain au pouvoir. “Le parti républicain profite de la réflexion sur la démission de Serge Sarkissian et veut garder le pouvoir”, a expliqué le député Nikol Pachinian dans une vidéo postée sur Facebook, citée par le Guardian. Contesté, Serge Sarkissian a quitté lundi ses fonctions de chef de gouvernement. Des manifestations avaient lieu depuis près de deux semaines, déclenchées par des accusations de manipulation de la Constitution pour se maintenir au pouvoir.
Yahoo : amende de 35 millions de dollars pour avoir dissimulé un piratage massif de données. “Les restes de Yahoo viennent d’être frappés d’une amende de 35 millions de dollars pour n’avoir pas prévenu les investisseurs du piratage russe”, titre Business Insider. La SEC (pour USSecurities and Exchange Commission), le gendarme américain de la Bourse, a annoncé mardi qu’Altaba, la holding qui détient les restes de Yahoo, avait accepté de payer une amende de 35 millions de dollars pour régler les accusations selon lesquelles elle aurait trompé les investisseurs. Le piratage massif de données personnelles d’utilisateurs, imputé à des hackers russes, est intervenu en 2014. Plus de 500 millions d’informations d’identification de compte d’utilisateur ont été volées, rappelle le site américain. Les investisseurs n’ont pas été informés de l’incident avant 2016.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *