RDC : à Goma, 27 militants de la Lucha arrêtés, puis libérés

Une trentaine de militants du mouvement Lutte pour le changement (Lucha), dont Fred Bauma et Rebecca Kavugho, ont été arrêtés dans leur fief de Goma, dans l’est de la RDC, mardi 1er mai. Ils ont finalement été relâchés en fin de journée.

Vingt-sept membres de la Lucha, qui s’étaient rassemblés mardi 1er mai pour fêter les six ans d’existence de leur mouvement et dénoncer « les massacres de Congolais » dans cette province du Nord Kivu hantée par les milices armées, ont été arrêtés à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, où les autorités avaient « interdit toute sorte de manifestation », avait indiqué à l’AFP le maire de la ville, Timothée Mwissa Kyesse.

« Ces jeunes gens étaient en train de troubler l’ordre public. Ils seront auditionnés puis déférés devant la justice », avait déclaré à l’AFP un commandant de police sous couvert d’anonymat. Les manifestants – parmi lesquels figurent Fred Bauma, arrêté entre mars 2015 et août 2016, et Rebecca Kavugho, récompensée en mars 2017 parmi treize autres femmes par le département d’État américain, selon Ghislain Muhiwa, porte-parole de Lucha – ont finalement été libérés dans la soirée du 1er mai. « Ils ont trouvé que nous n’avions commis aucune infraction », assure Ghislain Muhiwa.

Le maire – désigné par ordonnance présidentielle, et non élu – a rappelé que Goma était endeuillée par une fusillade dans un quartier périphérique dimanche soir. Sept personnes ont été tuées et 18 blessées quand « un groupe d’hommes a tiré sur la population », selon le maire.

Source : jeune afrique

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *