Ndiaye se confie depuis sa garde à vue

Le comédien Ndiaye est effondré. « Ma vie est complètement bouleversée, j’ai envie de mourir », souffle-t-il d’une voix triste, ce dimanche, alors qu’il est en garde à vue au commissariat de police de Pikine pour avoir fauché mortellement un enfant avec sa voiture.

Le drame a eu lieu ce samedi 5 mai, à Pikine. Selon le récit de Ndiaye, c’est en voulant éviter de s’enliser dans le sable qu’il a appuyé sur l’accélérateur et heurté le garçon de 3 ans dont le nom, Abdoulaye, revient en boucle dans la tête du comédien. « Il était trop petit. Je ne l’avais pas vu, se confond-t-il en remords. Depuis hier, je n’ai pas dormi. Je ne retrouve pas le sommeil. Je revois toujours les derniers instants de bébé Abdoulaye. »

Résultat de recherche d'images pour "Le comédien Ndiaye" La victime s’appelait Abdoulaye Diallo. Lorsque Ndiaye l’a heurté, il n’est pas mort sur le coup. S’engage juste après une course contre la montre qui a mené le comédien, qui s’est chargé de l’évacuer lui-même, d’abord à l’hôpital de Pikine et ensuite à Le Dantec où il reçoit les premiers soins. C’est au cours du transfert de l’enfant à l’hôpital de Fann qu’il décède.

« Sur le chemin, il a appelé plusieurs fois sa maman. Il a aussi demandé de l’eau à boire », se rappelle Ndiaye. Qui assure être bien traité au commissariat de Pikine où il s’est rendu de son propre chef. Il est en garde à vue, mais pas en cellule. Et il reçoit beaucoup de soutiens.

« Youssou Ndour m’a appelé et a envoyé une forte délégation pour me soutenir. Mes amis, mes parents, mes fans et même le père du petit Abdoulaye est venu me témoigner de son soutien », confie Ndiaye à Seneweb.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *