Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

ISLAMISME LOCAL: Peuvent-ils être dangereux (Archives nouvel horizon)

En une semaine, les services de sécurité ont arrêté trois imams qui seraient suspects de connexion avec le terrorisme islamiste. La rapidité et les moyens déployés pour arrêter ces hommes prouveraient que les autorités ne prennent pas à la légère la menace. Celle-ci serait-elle aussi sérieuse que l’arrestation spectaculaire des suspects ? Les autorités n’en font-elles pas trop ? Que signifie cette opération musclée contre une supposée avant-garde terroriste ?

(*En symbiose avec l’actualité du pays et le procès de l’imam Ndao et cie pour terrorisme, Nhnews met à votre disposition ses archives et plus précisément texte publié e dans l’édition 978 de nouvel horizon…*)

Les arrestations spectaculaires ces dernières semaines de suspects liés au mouvement islamiste terroriste international ne seront pas les dernières. Une autre poignée de suspects est recherchée. Certains sont bien repérés, d’autres sont pour le moment non identifiés. L’imam Ndao et compagnie ne seront donc plus tout seuls face aux services de sécurité pour s’expliquer sur leurs agissements et les milliers de dollars qui sont passés entre leurs mains. D’ailleurs, le chef présumé de ces hommes et femmes liés au Daech et à Boko haram sera bientôt extradé au Sénégal. Il s’appelle Matar Diokhané. Toutes les informations le désignent comme le cerveau. Il a été arrêté avec trois autres Sénégalais alors qu’ils cherchaient à s’infiltrer au Nigeria. Ils devaient rejoindre le maquis de Boko Haram. Un membre du quatuor, un certain Moussa Aw, est annoncé mort de crise cardiaque selon les autorités nigériennes.  Diokhané et ses deux compagnons restants attendent de voir la suite de la demande d’extradition vers Dakar.

Résultat de recherche d'images pour "terrorisme"Ces multiples arrestations au Sénégal et à l’étranger signifierait-elles la fin de cette épisode démarrée avec l’arrestation spectaculaire de l’Imam Ndao dans la banlieue de Kaolack ? La prudence est de mise partout. La traque se poursuit. Et les résultats sont probants pour le moment. A la gendarmerie comme à la police, les deux services qui ont été au début de ces investigations, on continué les enquêtes en se félicitant de la collaboration de la CLAT et de la DRN, la Cellule anti terroriste et la direction du renseignement intérieur qui ont mis dans l’obole leurs informations. Les résultats confortent les autorités que le réseau découvert était un maillon très important. Il pourrait être un réseau dormant ou tout au moins une cinquième colonne. Des images découvertes de Diokhané le montre barbu et bardé de cartouchières et les armes à la main. Ce qui prouve à suffisance de son engagement dans le djihadisme.

Un autre Sénégalais du nom de Bao qui a combattu au Mali est aussi de ses proches, comme Omar Diaby mort en Syrie. Bref, un réseau en maillage sur tout le territoire était actif et grossissait. Les informations recueillies lors des interrogations confirment parfaitement que le réseau travaille pour Boko Haram et certainement le Daech.

L’enquête en cours devrait éclairer sur ces hommes et femmes engagés dans le djihadisme armé, mais aussi sur les objectifs au Sénégal.

Face aux enquêteurs qui sont sur les dents depuis six mois, les aveux ont permis rapidement de boucler le dossier sur ceux qui ont été arrêtés. Il semble bien qu’ils n’étaient que des maillons manipulés qui ne savaient pas le pourquoi de tout cet argent qui leur parvenait. L’enquête qui se poursuit devrait permettre d’en savoir plus sur les objectifs du groupe sur le Sénégal et surtout sur l’origine des fonds. Et peut-être les vrais chefs de cette colonne de Daech ou de Boko Haram qui s’est développé au Sénégal en ayant des ramifications dans presque toutes les régions du pays.

Qui sont-ils ?

La tête pensante serait bien Matar Diokhané. L’homme est dans les affaires, dit-on. On lui prête de posséder une scierie et d’autres biens. En tout cas, il ne manque pas de moyens. L’autre figure, Oumar Diaby. Il est mort en Syrie au début du mois d’août. Arrêté à Dakar après sa fuite de France, il a été libéré. Ainsi a t-il pu rejoindre la Syrie où un bombardement lui aurait causé des dommages corporels importants desquels il n’a pas survécu. Le troisième, un certain Bao, a été vu parmi les combattants au Mali. Le reste de la bande, ce sont les imams comme ceux arrêtés à Kaolack et Rufisque. On annonce aussi une arrestation à Thiadiaye et à Rosso de deux Niang. Des frères ?

Le profil de ses suspects arrêtés prouverait qu’ils ne sont pas sortis des chefferies religieuses traditionnelles. Ils seraient des wahabites. Opposés à l’Islam confrérique, ils rêveraient de les supplanter parce qu’ils considèrent les chefs religieux confrériques comme des corrompus et de mauvais pratiquants.

Ces hommes ont aussi leurs complices femmes. Ce sont chez elles que l’on découvert de l’argent. Pas les montants annoncés, mais celles arrêtées ont bien participé au financement du départ de certains djihadistes vers d’autres fronts.

 50 recrues pour la Syrie

Rien dans ce qui a été découvert ne permettrait de croire que le réseau découvert avait des intentions belliqueuses au Sénégal. Toutefois, il disposeraient de moyens financiers t importants sans qu’une estimation puisse en établir le montant exact. Cet argent servirait plutôt à recruter des djihadistes pour les acheminer vers les fronts qu’animent Daech ou d’autres islamistes armés en Lybie. Certaines sources estimeraient le nombre de recrues ayant quitté le Sénégal pour principalement la Lybie et la Syrie à une cinquantaine d’hommes. C’est ce qui ressortirait des interrogations des suspects entre les mains des forces de sécurité. Des sms envoyés par les partants ont été lus et ils prouveraient à suffisance que de jeunes Sénégalais seraient partis faire la djihad grâce au réseau démantelé. Les messages envoyés par ces recrues à leurs parents a permis d’en dénombrer certains après leur départ. Ce sont de petits mots d’adieu adressés aux parents à qui ils écrivent qu’ils iront au paradis s’ils meurent au Djihad.

Issa Sall

Partager

2 pensées sur “ISLAMISME LOCAL: Peuvent-ils être dangereux (Archives nouvel horizon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *