Soukarou koor: Oustaz Mor Thiam … « l’heure est arrivée de cesser cette tendance… »

La religion prône la solidarité, et pas que pendant le Ramadan, chez le bon musulman. C’est une action pour lutter contre la pauvreté. Selon Oustaz Mor Thiam de la Rfm, l’islam n’exclut pas le « soukarou koor », si seulement on se limite à cuisiner un met et le sert à la belle famille, de donner du sucre ou des dattes. Vu que maintenant avec la distance, la maison de la belle famille peut se trouver loin, la femme change de plans.

« Avant le Ramadan une femme m’a interpelé pour dire son stress à cause du Soukarou Koor. Dans ce cas l’Islam le bannit. Ça devient stressant au point de créer des insomnies. On peut donner à cœur et le faire au dessus de nos moyens. Mais s’endetter en donnant des soukarou koor à des sommes faramineuses ou des cadeaux, Dieu n’est pas avec ces gens-là », dit le prêcheur.

Oustaz Thiam d’ajouter : « Il est temps qu’on dise non ! A nous époux de parler avec nos mamans, sœurs, épouses pour qu’elles donnent modestement le soukarou koor. Il y a même certaines femmes qui achètent du Jezner sans jamais avoir porté tissus. Beaucoup de ménage brisent à cause de ce phénomène de soukarou koor alors que c’est la femme qui donne tout à sa belle famille sans rien avoir de retour. Nos femmes sont dégourdies et elles nous assistent sur tous les sens. L’heure est arrivée pour que nous les hommes défendent nos chères épouses et de dire à nos mères et sœurs de cesser cette tendance du soukarou koor salée qui ne crée que la discorde ».

D. D. B. Seydi

 

A lire aussi : Soukerü koor : Quand le sucre devient salé…

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *