Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Concertation sur le pétrole et le gaz :
Un éléphant, ça trompe énormément

La concertation sur le pétrole et le gaz des « Forces Vives de la Nation » s’est tenue mardi 12 juin au Centre International de Conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD). Boycottée par une partie de l’opposition et de la société civile, elle a néanmoins drainé de nombreuses autres personnalités spécialistes du secteur énergétique qui ont émis pour certains des idées pertinentes sur la gestion de ces  nouvelles découvertes.

Le gaz et le pétrole découverts vont-ils être des richesses utiles et profitables au Sénégal et aux Sénégalais ou vont-ils précipiter la « malédiction du pétrole » au Sénégal ?

Le Président Macky Sall entend nous prévenir et compte sur le sens de l’intérêt général de tous ses compatriotes pour y parvenir.

Vaste programme.

Résultat de recherche d'images pour "concertation sur le pétrole et le gaz au cicad"

Le Président Sall a encore réussi son coup. Il a encore trompé son monde. Il s’est autorisé hier mardi 12 juin au CICAD de Diamniadio une concertation nationale des « Forces Vives de la Nation » sur les découvertes récentes de gaz et de pétrole au Sénégal par de grandes firmes internationales du secteur de l’énergie.

Le discours officiel entretenu depuis plusieurs mois fait de l’horizon 2021-2025 le point de départ de l’extraction du gaz et de la production des premiers barils de pétrole « made in Senegal ». Ce qui devrait accroître d’une manière extraordinaire nos richesses.

Avouer que cela aiguise bien des appétits et donc suscite beaucoup d’envies et surtout des recherches d’opportunité pour faire partie de ceux parmi les nationaux qui seront les premiers à être servis par ces revenus tirés de l’or noir.

Le départ avait été déjà donné d’ailleurs par Aliou Sall, actuel manager de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et frère cadet du Président de la République Macky Sall qui a déjà bénéficié de permis de recherche dont il a su tirer de réels avantages avec son associé Frank Timis.

La floraison de partis politiques depuis 2 ans ainsi que les nombreuses intentions de candidature pour la présidentielle de février 2019 obéissent pour beaucoup à ces découvertes pétrolières et gazières qui tournent les têtes avec des rêves d’enrichissements rapides. De nombreux intervenants internationaux, qui opèrent dans le trading, dans la recherche et l’exploitation de l’énergie fossile, entretiennent et subventionnent des hommes politiques et des opérateurs économiques de notre pays afin de pouvoir s’offrir une partie de la future manne pétrolière escomptée avec ces découvertes faites dans notre pays.

Résultat de recherche d'images pour "concertation sur le pétrole et le gaz au cicad"Ailleurs, dans le monde, l’imbrication entre le monde des affaires et celui de la politique dans l’exploitation des richesses naturelles des pays situés au Sud de l’hémisphère a entraîné souvent des rébellions, des guerres civiles ainsi que l’instauration de dictature dynastique dont les seuls soucis sont l’accaparement des richesses nationales au détriment des populations qui devraient en être les bénéficiaires légitimes.

L’assujettissement de dirigeants politiques félons et d’hommes d’affaires nationaux cupides ont conduit à une mise sous coupe réglée de certains pays du continent par des hommes d’affaires occidentaux véreux ou des multinationales impitoyables comme Glencor de Markrich  au Tchad et au Katanga du Congo Démocratique ou comme Trafigura en Côte d’Ivoire ou encore Vitol en Mauritanie et au Nigéria sans oublier Shell et Exxon Mobil au Nigéria ou au Sud Soudan mais aussi Rangold en Centrafrique.

Le Sénégal n’échappe donc pas à cette fièvre de l’or noir et du gaz et le Président Sall est bien conscient que malgré toutes ses déclarations sur la transparence et la défense des intérêts  stratégiques du Sénégal, les appétits sont déjà bien aiguisés et que les procès en sorcellerie vont continuer à abonder pour dénoncer l’opacité des affaires concernant le pétrole et le gaz au Sénégal.

Il a choisi donc d’opérer cette ouverture vers des concertations afin, très certainement, de jauger la détermination de certains pans de la société dans leur volonté de se battre pour participer à ce festin des futures recettes de l’or noir et du gaz.

Auparavant, il a simplement pris la précaution de verrouiller le processus avec son gouvernement en octroyant déjà des permis de recherches, de prospection ainsi que des licences d’exploitation et a mis sur pied un comité « COS PETROGAZ » érigé comme l’interface entre le Sénégal et les spéculateurs internationaux du secteur de l’énergie avant de convier « les Forces Vives de la Nation » à ce dialogue de dupes où leur seul rôle consiste à servir de faire-valoir en émettant des propositions soumises à sa décision.

Le moment a été bien choisi, le cadre bien tracé et seuls ceux qui n’avaient rien à y a gagner comme le PDS et le Rewmi, ses anciens frères libéraux ont accepté d’y tenir le mauvais rôle : celui de mauvais perdant et donc ont préconisé le boycott.

Le Président Sall est bien dans son rôle quand il opère ainsi. Elu à la présidence en 2012, il a l’obligation de gérer les affaires publiques jusqu’au terme de son mandat. Etant le seul responsable devant la Nation, il ne peut être comptable d’une association avec l’opposition, car devant être jugé par le suffrage universel le 24 février prochain sur la base de son bilan et de ses actions.

Il tenait simplement à calmer le jeu avant de prendre ses vacances pour aller supporter les Lions du Football en Russie alors qu’il n’a jamais daigné assister à un de leur match au Sénégal ou ailleurs depuis son élection en 2012. Il avait donc besoin de laisser un os à ronger à l’opinion et à l’opposition durant son absence.

La concertation des « Force Vives de la Nation sur gaz et le pétrole ayant libéré les appétits, la compétition est donc ouverte pour savoir qui va être éligible parmi les participants à ce ragout présidentiel au comité « COS PETROGAZ» et ainsi devenir un lobbyeur utile aux politiciens et aux affairistes spéculateurs vivant d’intermédiation et de commission dans le secteur de l’énergie entre Rotterdam, Dallas, Singapour et Hong Kong.

Abdoulaye Bamba Diallo

Partager

3 pensées sur “Concertation sur le pétrole et le gaz :
Un éléphant, ça trompe énormément

Commentaires fermés.