Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE FAIT DU JOUR / Analyse : La bénédiction du pétrole

 La malédiction du pétrole est une vue de l’esprit, disent certains observateurs.

Le pétrole est plutôt un catalyseur de développement pour des Etats dirigés par des leaders audacieux et ambitieux, nourrissant des rêves de grandeur pour leur pays.

Yoro DIA en administre la preuve. Rêvons de faire du Sénégal pétrolier un nouveau Qatar et non pas une nouvelle Guinée Equatoriale.

« L’avantage des idées reçues est qu’on a besoin de les démontrer » nous dit Gustave Flaubert. La malédiction du pétrole est une idée reçue. Le pétrole est plutôt une bénédiction et un accélérateur de croissance. C’est grâce au pétrole de John D Rockfeller et à l’acier de Andrew Carnegie que les Etats Unis sont passés en quelques années d’un pays rural en une puissance industrielle.Image associée

Que serait l’Arabie Saoudite sans le pétrole ? Un pays aussi grand, désertique et pauvre comme la Mauritanie. Un désert tapissé de tentes et peuplé de bédouins à dos de chameaux. C’est grâce au pétrole que les bédouins de Dubaï ont quitté sans transition les rustiques dos de chameaux pour les luxueux jets privés. Dubaï est un miracle du désert mais c’est avant tout le miracle du pétrole. Le miracle de la bonne gestion des ressources tirées du pétrole investies dans le bâtiment, la Finance et aéronautique. Dans tous les pays où sévit la malédiction du pétrole, si on observe bien, il y a des causes endogènes et antérieures à la découverte du pétrole.

Le Nigeria n’est pas victime de la malédiction du pétrole mais il est victime de la corruption et des entrepreneurs identitaires. L’argent du pétrole ne fait qu’aggraver le fléau de la corruption et de la question identitaire parce que les entrepreneurs identitaires ont plus de moyens et un plus grand souffle financier pour attiser les braises des conflits tribaux et religieux. Le Congo n’est pas victime de la malédiction du pétrole mais de l’absence d’Etat.

C’est pourquoi ce pays produit toujours de grands musiciens et presque jamais de grands généraux. L’Irak n’est pas victime de la malédiction du pétrole mais de l’ignorance et de la cécité stratégique de Georges W Bush. La découverte de pétrole est donc une excellente nouvelle pour le Sénégal qui est un pays solide parce que étant l’une des rares sociétés africaines à être détribalisée avec un Etat et une armée digne de ce nom.

Si la découverte se confirme, ayons l’ambition de faire de notre pays un autre Dubaï, plutôt qu’un autre Nigeria. Un autre Qatar plus tôt qu’un autre Gabon parce que si les gabonais n’ont pas le même train de vie que les Qataris, ce n’est pas la malédiction du pétrole mais le manque d’ambition de Oumar Bongo pour son pays. Avec le pétrole l’Emir de Dubaï a eu de l’ambition pour son pays alors que Bongo n’avait de l’ambition que pour lui-même. Le pétrole finance une ambition nationale mais ne peut se substituer à l’absence d’ambition ou de vision.

Yoro Dia

••• A lire aussi : Concertation sur le pétrole et le gaz : Un éléphant, ça trompe énormément •••

 

Partager

Une pensée sur “LE FAIT DU JOUR / Analyse : La bénédiction du pétrole

  • 11 novembre 2018 à 8 h 01 min
    Permalink

    Youre so cool! I dont suppose Ive learn anything like this before. So nice to search out somebody with some unique ideas on this subject. realy thank you for starting this up. this website is something that’s wanted on the net, someone with a little originality. helpful job for bringing something new to the internet!

Commentaires fermés.