Algérie : le Premier ministre soutient la candidature à un cinquième mandat de Bouteflika

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND (Rassemblement national démocratique) et Premier ministre depuis l’été 2017, a annoncé que son parti soutiendra officiellement la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat.

« Je suis heureux de constater notre Conseil national entend appeler le moudjahid Abdelaziz Bouteflika à poursuivre sa mission et son sacrifice au service de l’Algérie. » Le Premier ministre algérien a fait cette annonce en ouverture des travaux d’une session ordinaire du Conseil national du RND. Jusque-là réservé sur la question, Ahmed Ouyahia a précisé que « le temps était venu de se positionner clairement et publiquement » dans la perspective de l’élection présidentielle prévue au printemps 2019.

Ce soutien à un éventuel cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika doit encore être consolidé par une résolution du Conseil national, qui doit être entérinée vendredi 22 juin. Ahmed Ouyahia a affirmé que les membres de cette instance, souveraine entre deux congrès, voteront « à l’unanimité » en faveur de cette motion.

Il a aussitôt déclaré que le RND « reste fidèle au chef de l’État » en exercice depuis bientôt 20 ans et qu’« il est dans l’intérêt général de lui permette de rester aux commandes du pays ».

Préparer l’opinion publique

Résultat de recherche d'images pour "Bouteflika"

Le RND, levier solide de la coalition présidentielle, emboîte ainsi le pas au FLN qui, de son côté, prépare l’opinion publique à cette option depuis plusieurs mois. Avec l’adhésion du parti du Premier ministre, la candidature du président Bouteflika à sa propre succession devient une certitude.

Dans le même temps, de plus en plus de personnalités, notamment politiques, incitent le président algérien à renoncer à un nouveau mandat, mettant en avant son âge – 81 ans –  et son état de santé, Abdelaziz Bouteflika souffrant de séquelles importantes et irrémédiables dues à un AVC. Autre argument avancé par les opposants à un cinquième mandat : la Constitution – révisée en 2016 –  limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Avec Jeune Afrique

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *