Accord de pêche : Les chiffres de « l’accord de Nouakchott »

Voilà deux années quaucun accord de pêche ne lie le Sénégal et la Mauritanie. Depuis le 1erjuillet 2018, en marge du sommet de lUnion africaine, les gouvernements sénégalais et mauritanien ont (enfin) paraphéun accord de pêche (laccord de Nouakchott) valable pour une année. Les chiffres de laccord.

  •  2016 :Cest lannée oùla Mauritanie a arrêtéde délivrer des licences de pêche au Sénégal.
  •  50.000 Tonnes : les pêcheurs sénégalais ont maintenant le droit de se rendre dans les eaux mauritaniennes et d’y pêcher 50. 000 tonnes de petits poissons pélagiques par an.
  • 400 : cest le nombre de licences (autorisations àpêcher dans les eaux mauritaniennes) de pêche que le Gouvernement mauritanien a mis àla disposition du Sénégal
  • Du 1erJuillet 2018 au 1erJuillet 2019, les pêcheurs sénégalais nauront droit qu’àutiliser 400 embarcations (pirogues) maximum. Autrement dit, le nombre de pirogues sénégalais sur les eaux mauritaniennes, ne doit  guère dépasser le nombre de 400.
  • 6.550 FCFA(10 euros), cest le prix àpayer par les pêcheurs sénégalais, àchaque tonne de poissons (pélagiques) pêchés.
  • 3.375  FCFA(5 euros) : cest le montant que le Gouvernement sénégalais versera au gouvernement mauritanien, pour chaque tonne de poissons pêchés.
  • 9.925 FCFA, cest ce que le montant cumuléde ce que vont payer les pêcheurs et ce que va payer lEtat du Sénégal, àlEtat de la Mauritanie, pour chaque tonne de poissons pêchés dans ses eaux.
  • 164 millions de francs CFA : c’est le montant de la subvention de l’Etat du Sénégal à    ses pêcheurs.
  • 2,5 Km : c’est la distance qui sépare la frontière des deux pays et d’où les pêcheurs sénégalais sont tenus selon les termes de l’accord,  pour « débarquer » leurs produits sur une période transitoire d’un an. Ce lieu de débarquement qui est un village mauritanien situé à 2,5 kilomètres de la frontière qui sépare les deux pays, s’appelle Mboyo. L’inquiétude des pêcheurs de la Langue de Barbarie était le débarquement de leurs prises à Ndiago, ville située à 7 km de la frontière entre les deux pays.
  • 20.000 : c’est le nombre d’embarcations officiellement immatriculées au Sénégal.
  • 398.000 Tonnes de poissons : c’est le nombre de tonnes de poissons débarqués au Sénégal en  2016, pour une valeur de 127 milliards de F CFA.
  • Entre 500 millions et 1 milliards FCFA : c’est le montant qu’un étranger arraisonné au Sénégal, devra payer en termes d’amende, contre 50 à 100 millions F CFA auparavant.

Nhnews

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *