Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Nouveau front de lutte de l’opposition : L’eternel recommencement

Les leaders de l’ opposition ont de nouveau mis sur pied un mouvement,  le Front Démocratique et Social pour la Résistance Nationale (FDRN). On serait  presque tenté de dire un de plus, tant l’ histoire du Sénégal est essaimée de ces fronts de lutte contre le pouvoir et qui finissent par mourir de leur belle mort, et toujours pour les mêmes causes: conflits d’égo et stratégies de luttes inopérantes et inefficaces.

Le cas de Manko Taxawu Sénégal, porté sur les fonts baptismaux à la veille des élections législatives de 2017, pour faire face à la coalition présidentielle Benno Bock Yacaar en est une parfaite illustration. Elle a implosé avant même le scrutin et l’opposition fut laminée alors qu’unie, elle avait toutes les chances de tirer son épingle du jeu.

Réunis au siège de  Bokk Gis-Gis, le parti de Pape Diop, les leaders  y ont déroulé un plan d’action  qui de nouveau risque de les mener à l’échec. Les mêmes causes, produisant les mêmes conséquences. .

L’opposition, nous apprend Sonko est en train de dérouler un plan d’action avec des rencontres auprès des autorités religieuses, consulaires, et diplomatiques et prépare une manifestation pour le 13 juillet.

On ne peut qu’ être sceptique quant aux chances de réussite d’un tel programme.

Aller voir les diplomates étrangers pour se plaindre de nos affaires intérieures, n’est-ce pas une façon d’aliéner notre intégrité ? Seront-ils capables demain de parler de souveraineté nationale s’ils arrivent au pouvoir?

Quels gains espèrent-ils tirer de leurs éventuelles rencontres avec les chefs religieux?

Enfin, les Sénégalais plongés dans une stratégie de survie ,en ont plus qu’ assez des manifestations de rue. L’echec de celle programmée lors du vote de la loi sur le parrainage le 18 juin est encore frais dans nos mémoires.

Plutôt que de choisir le spectaculaire,  mais qui mène à l’impasse, sinon  à des affrontements avec les forces de l’ordre,ils seraient plus avisés de faire le choix de la pédagogie. Descendre sur le terrain et parler aux seuls interlocuteurs dignes d’intérêt: les électeurs. C’est à eux qu’ appartient le dernier mot. Aussi, feraient-ils  mieux  de se déployer sur le terrain et aller dans les coins les plus reculés du pays pour prêcher la bonne parole. L’exigente nécessité de récupérer les cartes d’électeurs afin de préparer les élections. Parler à des diplomates qui malgré les sourires de façade,  ne sont là que pour défendre les intérêts de leurs propres pays , serait pure perte de temps.

Organiser des manifestations qui sont d’ors et déjà vouées à l’échec,  ne ferait qu’ éroder leur crédibilité ,et serait du pain béni pour le camps adverse qui ne manquerait pas de s’en gausser en leur jetant à la figure que les Sénégalais ne sont pas sortis parce qu’ils sont derrière leur candidat,  même si ce n’est pas la véritable raison.

C’est de bonne guerre.

Serigne Mbacke Ndiaye.
Partager

Une pensée sur “Nouveau front de lutte de l’opposition : L’eternel recommencement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *