Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Tabaski 2018: l’approvisionnent en moutons pas totalement assuré

Les fortes pluies qui se sont abattues sur le Sénégal la semaine dernière ont causé des ravages au niveau du cheptel, notamment dans la région de Linguére, celle de l’élevage par excellence au Sénégal.

On parle de plus d’une dizaine de milliers de moutons et de chèvres tués. Déjà fort affaiblies par le déficit de pâturages, les bêtes affamées n’ont pu résister à la chute brutale de la température, suite au déluge de ce début d’hivernage. Les feux allumés par certains éleveurs pour les réchauffer n’ y on rien fait.

En sus du désarroi, par ailleurs fort légitime chez les éleveurs, qui depuis des mois tirent sur la sonnette d’alarme devant la raréfaction des pâturages et la cherté des aliments de bétail insuffisamment subventionnés, le risque de déficit de moutons à moins de deux mois de la Tabaski hante les esprits.Une probabilité balayée d’un revers de main par le secrétaire général du ministère de l’élevage, qui estime que seules les femelles et les brebis ont été touchées. Les béliers ont échappé eux à l’ hécatombe. Ensuite, le déficit est chronique au Sénégal et est chaque année comblé par l’importation de moutons du Mali et de La Mauritanie.

Un optimisme qui semble exagéré, car la période hivernale n’est jamais propice à la vente de moutons. En effet, avec la régénération du tissu herbacé, les éleveurs sont peu enclins à se séparer de leurs bêtes car ils ont moins de soucis de pâturages et font moins recours à l’ achat de complément d’aliments. La nature se chargeant de pourvoir aux besoins des bêtes. Ensuite, la situation sécuritaire au nord du Mali et au Niger n’est pas propice à la transhumance des moutons jusqu’au Sénégal. Enfin , à cause du réchauffement du climat, les risques de nouvelles pluies suivies de baisses subites de température ne sont pas à exclure, selon la météo.

Serigne Mbacke Ndiaye

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *