Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le fait du jour / Commentaire : L’ombre et la proie

Macky SALL a ainsi réuni le Secrétariat Exécutif National (Sen) de son parti l’APR, ce mercredi 11 juillet 2018, enfin de lancer la bataille des présidentielles du 24 Février 2019.

Sortez de votre inertie et de votre apathie leur a-t-il lancé en substance, descendez sur le terrain et faites prévaloir nos réalisations sur la campagne d’intoxication et de désinformation de l’opposition. Faites taire vos querelles d’égo et de positionnent pour faire bloc afin de mener la bataille des présidentielles. Nous avons la majorité,  la légitimité,  et c’est nous qui avons réalisé de belles choses pour les Sénégalais. Alors pourquoi laisser le terrain aux autres ?

A la lumière de son discours devant le Sen, Macky semble compter sur deux leviers pour contre carrer et contenir l’opposition: ses réalisations et un bloc homogène et soudé au sein de son parti, capable de mener et surtout de gagner la guerre de la communication face à une opposition très en verve et qui semble dotée du don d’ubiquité.

Une stratégie qui me semble plutôt bancale et qui ne résiste pas à l’épreuve du triste quotidien des Sénégalais et du non moins triste spectacle auquel s’abaissent les cadres de son parti tous les jours.

Macky évoque les belles choses qu’il a réalisées pour les Sénégalais.

Le spectacle ahurissant, choquant et surtout indigne d’une capitale,  de ces femmes, enfants et parfois hommes armés de bassines, pots, bidons ou tout autre récipient en quête d’eau ne doit pas en faire partie. Des mois que les Dakarois souffrent de la pénurie du précieux liquide,  surtout en ces temps de chaleur, et aucun espoir de voir le calvaire prendre fin malgré les promesses dont on sait qu’autant en emportera le vent.

La famine qui déploie ses ailes lugubres sur le Nord et l’Est du pays , au point de pousser les organismes internationaux dont le Programme Alimentaire Mondial (PAM), Action Contre la Faim (ACF) à tirer sur la sonnette d’alarme et surtout la FAO à inscrire le Sénégal sur la triste liste des 39 pays ayant besoin d’aide alimentaire, cette famine donc disais-je, ne figurera pas sur cette liste des belles choses.

L’école sénégalaise, en état de déliquescence avancée,  gangrenée par des grèves qui ont fini par être inscrites au programme des élèves et des étudiants au même titre que les mathématiques, la géographie ou le français, ne fera pas non plus partie de la divine liste des belles réalisations

Je viens d’apprendre,  au moment où j’écris ces lignes, que l’ appareil de Radiothérapie de l’hôpital Le Dantec, indispensable au traitement des malades atteints de cancer, vient à nouveau de tomber en panne. Ajoutons-y l’échec de la couverture maladie universelle qui a fini de mettre à genoux les mutuelles de santé et la pharmacie nationale, à cause de dettes non épongées qui s’élèvent à des milliards,  pour comprendre que la santé sera aussi absente de la liste.

Un chômage devenu si endémique, qu’au Sénégal, il est plus judicieux de compter ceux qui travaillent plutôt que le contraire, pour avoir une idée du taux d’inactivité. Et qui fait que notre pays figure dans le top 5 des pays africains pourvoyeurs de migrants, proportionnellement à sa population,  derrière la Guinée Conakry et devant la Gambie.

« Aucune pression nationale ou internationale ne me fera abandonner mon option de mettre fin  à l’impunité, et au détournement des biens publics », proclamait  le président.

On ne demande pas mieux. Mais alors pourquoi cette justice sélective et cette propension à mettre certains dossiers sous le coude ?

« Le respect de la démocratie et de l’état de droit est un choix irréversible. Le régime ne faiblira jamais dans cette option » disait encore Macy SALL. Une profession de foi aux antipodes de l’acharnement de ce même régime sur ses opposants, depuis son avènement au pouvoir, au point qu’ils passent le plus clair de leur temps entre le tribunal de Dakar pour soutenir un des leurs en train d’être jugé ou la prison pour être embastillés.

Faire taire les querelles intestines,  harmoniser les points de vue et combattre les réflexes égoïstes et égotiques pour ne faire prévaloir que les intérêts supérieurs du parti afin de gagner la bataille de la communication.

Voilà résumé le second volet de la stratégie gagnante de Macky SALL.

Vaste programme pour qui a suivi les querelles de borne fontaine auxquelles nous ont habitués les cadres de l’APR dont la déclinaison la plus pitoyable est celle que se livrent, par presse interposée, Mustapha Cissé LO et Farba NGOM.

En mettant l’accent sur les réalisations objectivement observables (TER, Autoroutes, Immeubles,..etc.), Macky SALL semble ignorer que ce qui fait progresser économiquement un pays ne s’inaugure pas : la santé,  le travail, l’alimentation, la liberté.

Tout le reste vient en appoint,  mais ne saurait se substituer à l’essentiel.

En misant sur les éléphants Blancs (pour en mettre plein la vue aux Sénégalais), Macky ne fait que poursuivre l’ombre plutôt que la proie.

Journaliste

Serigne Mbacke Ndiaye

Partager

Une pensée sur “Le fait du jour / Commentaire : L’ombre et la proie

  • 11 novembre 2018 à 7 h 55 min
    Permalink

    You can definitely see your expertise within the work you write. The world hopes for even more passionate writers such as you who aren’t afraid to mention how they believe. At all times go after your heart.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *