Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Theresa May au Kenya pour sa première visite en Afrique

La Première ministre britannique Theresa May a choisi le Kenya pour sa première visite en Afrique depuis son accession au pouvoir en juillet 2016. Une visite aux implications sécuritaires, mais surtout commerciales alors que la Grande-Bretagne veut ficeler de nouveaux partenariats après le Brexit.

 

Theresa devrait être en terre kényane dès la fin de ce mois d’août. L’information est venue du ministère kényan des Affaires étrangères lors d’un point presse tenu ce mercredi. Monica Juma, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères explique le choix de la cheffe du gouvernement britannique par “l’importance du Kenya dans la communauté des nations”.

En amont de cette visite, le chef de l’Etat kényan, Uhuru Kenyatta devrait s’entretenir avec Theresa May notamment sur les accords existants en termes de sécurité, tâche noire des relations entre Nairobi et Londres, a précisé Mme Juma. L’an dernier, les médias britanniques ont rapporté que l’exécutif kényan menaçait d’interdire les exercices militaires des forces armées britanniques au Kenya si ceux-ci continuaient d‘être menés dans des ranchs privés.

Maintenir et renforcer les acquis

Toutefois, cette question devrait être supplantée par les intérêts commerciaux entre les deux nations. D’un côté le Kenya qui espère compter sur la coopération de la Grande-Bretagne dans la réalisation du plan de développement Big Four. Une sorte d’héritage infrastructurel que compte laisser au Kenya le président Keyatta à la fin de son second mandat en 2022.

De l’autre, il y a la Grande-Bretagne post-Brexit. Theresa May veut en effet s’assurer que son homologue kényan s’efforcera non seulement de protéger les intérêts commerciaux de Londres après le Brexit, mais améliorera également les échanges existants. Une offensive diplomatique qui préside à la présence de plus en plus marquée de la Chine dans l‘économie kényane. Un récent rapport révélait du reste que 72 % de la dette extérieure du Kenya est chinoise. Une influence que Londres veut réduire.

La visite de May le 30 août marquera la deuxième d’un Premier ministre britannique au Kenya après celle de Margaret Thatcher en 1988 pendant le mandat du président Daniel Arap Moi.

Elle se tiendra juste après la visite du président Kenyatta à Washington, le 27 août. Une rencontre avec le président américain Donald Trump où il sera également question de partenariat sécuritaire et commercial.

Source : africanews.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *