Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Côte d’Ivoire : le paysage politique en pleine recomposition

Avec la rupture prononcée lundi par le PDCI-RDA de l’ancien président Henri Konan Bédié avec la coalition RHDP, au pouvoir depuis 2011, on parle déjà d’une recomposition du paysage politique ivoirien. La formation d’une nouvelle alliance se dessine en effet du côté du FPI qui est retombé dans l’opposition depuis 2011.

Joie dans le camp Gbagbo

Le PDCI-RDA a décidé lundi de sa rupture définitive avec le RHDP.

Si depuis le divorce officiel entre les deux principaux alliés au pouvoir c’est la désolation qui domine du côté du RDR d’Alassane Ouattara qui jusqu’à ce dernier bureau politique du PDCI croyait encore à un rapprochement, c’est la joie qui domine dans le camp du parti de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. « On assiste à une recomposition du paysage politique ivoirien », estime l’analyste politique Geoffroy Kouao. « Cette rupture ouvre les portes à la formation d’autres alliances parce qu’avec l’éclatement de la famille houphouêtiste, le RDR est totalement affaibli dans sa gestion du pouvoir d’Etat. Le PDCI RDA également, parce qu’il doit maintenant faire l’expérience de l’opposition. »

Geffroy Kouao évoque une alliance entre le PDCI et le FPI de Laurent Gbagbo pour affronter le président Alassane Ouattara. Cette rupture profite au front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo c’est un véritable boulevard, il faut l’emprunter« , assure-t-il.

« Nous ouvrons nos bras au PDCI »

Des voix au sein du front populaire ivoirien souhaitent une alliance avec le PDCI d’Henri Konan Bédié.

Du coté justement du front populaire ivoirien, on se réjouit déjà de cette rupture entre ce qu’il convient désormais d’appeler les alliés d’hier. C’est le cas notamment de Justin Koua, président de la jeunesse du front populaire ivoirien, qui souhaite que sa formation politique et le PDCI d’Henri Konan Bédié puissent s’unir. « Le PDCI vient de prendre conscience que son alliance avec le RDR a apporté trop de souffrance dans le pays et que s’allier au RDR c’est prolonger la misère et la souffrance des Ivoiriens », dit-il. « Nous au Front populaire ivoirien, nous ouvrons nos bras au PDCI pour qu’ensemble on puisse aller au secours des Ivoiriens. »

La recomposition du paysage politique ivoirien passera donc par une nouvelle alliance que certains appellent déjà l’alliance de la dernière chance. Mais au vu de l’échec des alliances précédentes, il est difficile de croire que la prochaine résistera à la tempête qui a emporté les deux premières. Etant donné que ce sont toujours les mêmes acteurs qui sont aux commandes.

Partager