Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Crise au sommet du PDS: Abdoulaye Wade et Madické Niang à l’ école de Kocc Barma

Un apophtegme puisé à la source de notre sagesse collective nous enseigne que deux béliers ne sauraient partager le même abreuvoir. Un proverbe que Me Madické Niang a piétiné en continuant de faire prévaloir son appartenance à un parti où, selon toute vraisemblance il n’est plus le bienvenu.

 

Certes, aucune décision formelle d’exclusion n’ a été prise, et sauf retournement de situation, il est peu probable qu’on en arrive à cette extrémité. Mieux, le président Abdoulaye Wade semble pousser la magnanimité jusqu’à lui laisser son poste de député.

Cependant en bon Ndar- Ndar, nourri à la sève de la subtilité et des figures de style de la culture Wolof, l’ancien président du groupe parlementaire Démocratie et Liberté sait que les gestes, les symboles, les périphrases et les circonlocutions sont parfois plus éloquents que les injonctions et permettent d’arriver au même résultat, les inconvénients en moins.
Et c’est exactement à ce jeu à la Kocc Barma que nous sommes en train d’assister entre Abdoulaye Wade et Madické Niang.

Le but de Me Wade? Pousser Madické Niang vers la sortie en évitant de ressusciter cette réputation de serial expulseur qui lu colle à la peau, eu égard aux nombreux départs forcés qui ont jalonné l’ histoire du PDS; Fara Ndiaye, Ousmane Ngom, Idrissa Seck, Mamadou Diagne Fada, Macky Sall…

S’ il y parvient, il pourra soutenir et à juste raison que personne ne l’ a chassé, il est parti de lui-même.

C’est pourquoi la machine du PDS s’est mise en branle.

• Mayoro Faye, le chargé de communication qui publie sur Facebook ses photos en compagnie de Me Wade. Babacar Gaye, le Porte- parole qui s’empresse de lui emboiter le pas après sa rencontre à Doha avec Karim et à Paris avec Abdoulaye Wade.

• Cheikh Niang, maire Libéral de la commune de Djiddah- Thiaroye Kao qui clame dans le journal Walf Quotidien que  » Le courage politique, c’est se battre jusqu’au bout . »

• Cheikh Bara Mbacké Dolly, le successeur de Madické Niang à la tête du groupe parlementaire Démocratie et Liberté qui estime après avoir rencontré le Khalife Général des Mourides que Toussaint Manga et tous les autres parlementaires ont juré fidélité à Abdoulaye Wade, de même que Omar Sarr, le Secrétaire Général National adjoint, Amadou Sall, Abdou Aziz Diop et Cheikh Tidiane Seck, respectivement Secrétaire Général et Président de la Fédération Nationale des cadres Libéraux.

Si ce n’est pas une façon de renvoyer Madické Niang à sa solitude, ça lui ressemble.

Le coup de massue viendra cependant d’Omar sarr, Secrétaire Général National adjoint, deuxième dans l’ordre protocolaire du PDS et connu pour extérioriser ses pensées avec parcimonie, qui est pourtant sorti de sa réserve pour accorder un entretien fleuve au journal l’ Observateur. Et il n’use pas de langue de bois:  » Il n’ y a pas de différend entre le président Wade et Me Madické Niang. Madické Niang connait bien les statuts et le règlement du PDS. En posant publiquement sa candidature à l’ élection présidentielle, alors que le PDS avait déjà choisi son candidat, il sait qu’il se met de facto en dehors du parti. Ce sont les règles que nous avons librement acceptées en adhèrant au PDS. Madické Niang n’est plus membre de notre parti. Il est démissionnaire. Il a quitté notre parti. Nos chemins politiques sont désormais séparés. »

Le message délivré par Omar Sarr est on ne peut plus limpide: Vous ne faites plus partie de nous. Prenez l’initiative de la rupture et partez.
Pour donner plus d’envergure à ses propos, le numéro deux du PDS fait appel à un parabole qui présage d’une lutte sans merci: « Le combat pour la prise du pouvoir politique est un champ de combat avec des chars, des fusils, des hommes et des femmes en armes, du sang et des larmes. »

Des propos aussi violents de la part de quelqu’un qu’on jurerait presque introverti donne une idée du sentiment de rejet dont Madické Niang est l’objet au PDS.

Et si cela ne suffisait pas, Omar Sarr en appelle au sens de l’honneur et à la dignité de l’ex confident d’ Abdoulaye Wade:  » Certaines personnes pensent qu’il était plus digne pour Madické de partir, et qu’il devait rendre le tablier ( le poste de député ) à l’image du valeureux et très digne Fara Ndiaye et même de Souleymane Ndéné Ndiaye et de Ousmane Ngom.
Quand quelqu’un s’aligne dans la course pour être président de la république, et qu’on lui propose en attendant un poste de député et qu’il s’y agrippe, on se pose naturellement beaucoup de questions. »

Omar Sarr n’ aurait jamais tenu des propos aussi virulents, s’il n’avait pas reçu l’ aval du président Abdoulaye Wade.
La Position du PDS à son égard a au moins l’ avantage d’être sans ambiguité. Ses ex camarades lui demandent de quitter le parti de lui-même, sinon son espace vital à l’intérieur du PDS se réduira comme peau de chagrin.

Combien de temps Madické Niang en restera t-il encore membre ? Tout dépend de son endurance et de sa capacité à encaisser les coups qui se feront de plus en plus violents.

Pour ne pas avoir écouté Kooc Barma qui lui conseillait de rendre sa démission quand il a pris la décision de se présenter aux élections présidentielles, il devra méditer sur cet autre aphorisme tout aussi plein de sagesse: « Le vieillard n’est pas de la même génération que Dieu, mais ils ont fait du chemin ensemble. Sa parole peut certes rentrer tard, mais ne passe jamais la nuit à la belle étoile. »

 

Serigne Mbacké Ndiaye

Partager

Une pensée sur “Crise au sommet du PDS: Abdoulaye Wade et Madické Niang à l’ école de Kocc Barma

  • 11 novembre 2018 à 8 h 28 min
    Permalink

    I genuinely enjoy reading through on this internet site, it holds fantastic blog posts.

Commentaires fermés.