Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Amour-Haine et Haine- Amour : Ainsi vogue la politique au Sénégal

La publication d’une vidéo dans laquelle Ousmane Sonko clame sans sourciller que fusiller les présidents Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall ne serait pas un péché, et qui a provoqué une levée de boucliers, a au moins permis de jeter une lumière rose sur l’idylle naissante entre le leader de Pastef et l’ancien président Abdoulaye Wade .

 

D’ailleurs, d’après Sonko qui a tenu une conférence de presse ce mardi, le dessein inavoué de cette publication dans les réseaux sociaux est de torpiller ces tractations et le mettre à mal avec les leaders de l’opposition. Et de pointer un doigt accusateur vers le régime du président Macky Sall.
« Ils ont sorti cette cassette parce qu’il y’avait une démarche pour une rencontre avec le président Wade. Dans les prochains jours, je me rendrai au Qatar pour des discussions approfondies. »

Ouf ! Le peloton peut donc ranger les fusils et les baïonnettes. L’heure n’est plus aux exécutions, mais aux déclarations d’amour.

Ames sensibles s’ abstenir :  » J’apprécie beaucoup Wade. Le meilleur président qu’on ait eu, c’est le président Abdoulaye Wade. Cet homme ne mérite pas le traitement qui lui est infligé. Si j’étais élu président de la république, je le réhabiliterais entièrement dans ses fonctions d’ ancien président. Il a osé mettre en avant les intérêts des Sénégalais. »

N’est-ce pas émouvant? Surtout si les sentiments sont partagés. Et c’est apparemment le cas: « J’ai discuté avec lui ( le président Wade) pendant une heure de temps, et il m’ a dit, non sans me préciser que je peux le répéter publiquement: Tu mènes un combat noble, et tu as mon soutien. »

Mission accomplie, c’est rendue publique.

Si quelqu’un s’ oppose à cette relation (Macky Sall), qu’il parle ou qu’il se taise à jamais.
Pendant que s’amorce cette nouvelle idylle, on apprend qu’une autre a fini de se déliter.
Puisque la politique ne reconnait pas la séparation à l’ amiable ni les demis degrés,on passe d’un extrême à l’autre. De la passion folle à la haine viscérale.

En effet, entre Madické, Niang et Abdoulaye Wade c’est fini, comme Capri pour hervé Vilard.
Hier ami et confident, au point de lui confier le sort de son unique fils en qualité d’ avocat, aujourd’hui traitre qui lui plante un couteau dans le dos. Comme dans toute séparation, il faut bien que l’un vide les lieux. Abdoulaye Wade a déménagé tous les bagages qu’il gardait chez Madické Niang.
Toutefois, point de temps pour la sinistrose en politique. « Bateau dème, Bateau costé. » Vive Ousmane Sonko!

Cependant, contrairement en amour où il est interdit de faire des calculs d’épicier (quand on aime, on ne compte pas), en politique, il faut avoir une calculette à la place du coeur.

Cette subite osmose est naturellement dirigée vers leur cible commune, le président Macky Sall, ancien plus proche collaborateur du président Wade, à qui il a fait gravir tous les échelons de l’escalier social et administratif (ministre, premier ministre, président de l’ assemblée nationale) et aujourd’hui ennemi personnel numéro un, dont on donnerait le dernier cheveu qui nous reste (s’il nous en reste un !) pour qu’il vide le palais.

Faut-il pour autant désespérer de l’ Amour en politique qui ne finit que par la haine ?

Ne nous laissons pas submerger par le pathos et le spleen, et gardons un petit espoir au coin de la tête en fredonnant ces mots de Herbert Leonard dans Puissance et Gloire :
« Monde mercenaire et ambitieux. Tout se confond aveuglément dans la folie et dans le sang. Nul ne sait rien de vos regrets, de vos secrets, de vos désirs. Puissance et Gloire. Etrange et brulant parcours qui tôt ou tard, finit sur un dernier mot d’ Amour. »

Serigne Mbacké Ndiaye

Partager

Une pensée sur “Amour-Haine et Haine- Amour : Ainsi vogue la politique au Sénégal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *