Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Des Congolais témoignent de leur expulsion violente d’Angola

Plus de 30.000 réfugiés congolais auraient subi des « brimades » lors des opérations de rapatriements. Ces expulsions massives ont suscité la colère du gouvernement à Kinshasa.

 

Depuis le début des opérations d’expulsions de Congolais, des centaines de personnes partent chaque jour de Lucapa vers la région congolaise du Kasaï. « L’opération transparence » : c’est comme cela que les autorités de Luanda nomment l’opération déclenchée pour, disent-elles, lutter contre l’exploitation illégale des mines de diamants.

L’opération transparence a aussi pour but de mettre fin à l’immigration clandestine vers les zones diamantifères d’Angola. « Ils ont confisqué ma télévision, ma moto et mon groupe électrogène », raconte Serge contraint de quitter Lucapa, laissant derrière lui, ses biens qui lui ont été retirés par les Angolais.

Kongo: Migranten wurden aus Angola vertrieben (Reuters/Staff)

Violation des droits humains

Des accusations rejetées par les autorités qui se félicitent de la réussite de « l’opération transparence ». « Nous remercions le gouvernement d’avoir pris ces mesures d’expulsion à cause des problèmes que nous causent ces étrangers – surtout dans cette province de Lunda Norte.

Les étrangers ont volé tous les diamants, tous les poissons et toute la viande de gibier. Ils ont aussi coupé les arbres de la forêt pour en faire du charbon. Tout cela a causé des problèmes dans la province », témoigne Alberto Muevo, représentant local de Lucapa. Pour lui, le gouvernement a bien fait de mettre les étrangers dehors.

Angola, Dundo: Philippa Candler, Vertreter der Vereinten Nationen für Flüchtlinge in Angola (Omotola Akindipe)

Des déclarations qualifiées de contrevérité par des Congolais expulsés de Lucapa, dont certains sont détenteurs de cartes d’électeurs angolaises. « Regardez cette carte, j’ai voté ici, pour le parti au pouvoir – le MPLA », déclare une jeune congolaise exhibant sa carte d’électeurs.

Kongo: Migranten wurden aus Angola vertrieben (Reuters/Staff)

Beaucoup d’autres Congolais affirment, en revanche, vouloir partir de la ville angolaise de Lucapa en raison de la fermeture des mines de diamants dont l’exploitation a été interdite par les autorités. Les maisons illégales pour l’achat et la vente de diamants ont également été fermées par Luanda, qui a confisqué plus de 26.000 diamants.

Réaction de Kinshasa

Pour sa part, le gouvernement congolais a envisagé de saisir les instances internationales si Luanda ne lançait pas rapidement « des enquêtes approfondies » sur des violences présumées qui auraient entouré les expulsions de 330.000 Congolais d’Angola.

 

Avec Dw

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *