Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

CELEBRATION DU MAGAL Organiser le tourisme religieux !

Le Docteur Souleymane Astou Diagne, enseignant émérite à l’Université de Bambey a révélé, à travers les ondes de la radio Rfm au micro de Antoine Diouf, l’existence d’une étude portant sur l’aspect économique et financier du Grand Magal annuel de Touba.

 

Cet enseignant, connu pour son sérieux et la rigueur dans ses approches, indique ainsi que des études menées par un groupe de travail, auquel il a participé, ont révélé des aspects remarquables de cette célébration religieuse.

Il apparaît, selon ses révélations, que le chiffre d’affaires potentiel que le Magal génère sur une période étalonnée sur une semaine (quatre jours avant, le jour de la célébration et les deux jours suivants) atteint deux cent cinquante milliards de F Cfa de chiffre d’affaires. Il va sans dire que, selon toujours ce professeur, ce chiffre d’affaires potentiel prend en compte les effets directs et indirects de la célébration du Magal et ne fait pas l’impasse sur la tempérance économique et financière que la célébration du Magal impacte négativement dans d’autres endroits du pays en terme de ralentissement des activités.

La balance est donc à établir, selon lui, pour obtenir une évaluation plus précise sur l’impact ralentisseur du Magal et sa position de pôle de croissance. Autrement dit, il existe, donc, bel et bien une chaîne de valeurs à partir de cet événement religieux.

Nul doute, donc, que l’autre rassemblement religieux qu’est la célébration du grand Gamou annuel de Tivaouane doit aussi tourner dans ces alentours. Il s’y ajoute que d’autres Magal et Gamou dérivés existent ça et là au Sénégal même s’ils n’atteignent pas la dimension de ces deux grands rassemblements religieux.

Une des propositions du Docteur Souleymane Astou Diagne est de déclarer le Magal de Touba comme jour férié. Cela est discutable pour certains qui vont dire pourquoi seulement le Magal de Touba et pas aussi le Gamou de Tivaouane ? Et déjà le stock de jours fériés au Sénégal (fêtes religieuses et civiles) atteint déjà onze jours dans l’année en plus des cinquante-deux week-ends des trois cent soixante cinq jours de l’année.

L’aspect mis en exergue par cette étude qui paraît le plus intéressant est qu’il sert de révélateur de l’existence d’un véritable tourisme religieux au Sénégal. Ainsi, à l’image des pays comme la France qui, avec le pèlerinage à Lourdes et au Mont Saint Michel ou le Portugal avec celui de la vierge Fatima à Saint Jean de Compostelle, atteste que si nous parvenons à organiser une véritable chaîne de valeurs autour du tourisme religieux avec deux pôles comme Touba et Tivaouane en y incluant Kaolack avec Medina Baye, Ndiassane et d’autres métropoles religieuses et sanctuaires de la Tidjanya, du Khadrya et du Mouridisme, l’économie nationale pourrait s’offrir ainsi une véritable mamelle créatrice de richesses et de valeur ajoutée profitable à l’industrie, au commerce et autres services comme l’hôtellerie, le transport sous toutes ses formes ainsi que la restauration.

L’ambition de couvrir tout le pays de nervures d’autoroute à l’image de Ila Touba comme celles annoncées de Mbour-Fatick, de Thiès-Saint-Louis, de Kaolack-Tamba devraient encore rendre utile et rentable l’élaboration d’un véritable tourisme religieux organisé et structuré.

Partager

Une pensée sur “CELEBRATION DU MAGAL Organiser le tourisme religieux !

  • 11 novembre 2018 à 8 h 06 min
    Permalink

    hello!,I like your writing so much! share we communicate more about your post on AOL? I need a specialist on this area to solve my problem. May be that’s you! Looking forward to see you.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *