Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Magal de Touba : Pour promouvoir son « Ila Touba », Macky Sall interdit le train

Il y a parfois des éléments qui ne sont pas si indispensables que leur absence cause des dégâts irréversibles, mais laisse néanmoins un vide difficilement comblable.

Une coupe du monde sans le Brésil, pensera un sportif. Une élection présidentielle sans le PDS, estimera un chroniqueur politique. Un thiebou Djeune sans gratin ( Haugne) optera un Ndar-Ndar.
Un Magal sans le train, pour un Mouride. Surtout s’il est né entre Diourbel et Touba.

Décider qu’il n’y aura pas de train à l’occasion du Magal 2018, est un aveu d’ignorance abyssale de la culture et de la représentation du train dans l’imaginaire et la cosmogonie Mouride.
« Tous mes efforts pour l’édification d’une Mosquée à Touba sont restés vains. Evertuez –vous à la bâtir, sinon d’autres le feront à votre place et auront tout le mérite. »

Ce fut l’une des dernières recommandations de Serigne Touba à Cheikh Mamadou Moustapha et aux disciples.
Entamée de son vivant en 1925, la construction de la Mosquée de Touba sera suspendue du fait des agissements de l’entrepreneur TALLERIE et des blocages du Gouverneur.

Lorsqu’il accéda au Khalifa, Serigne Mamadou Moustapha reprit l’affaire en main afin de continuer l’œuvre de son père.
Une seconde demande d’autorisation fut écrite de la main de Serigne Mbacké Bousso et remise au gouverneur par Serigne Mamadou Moustapha. Une lettre qui suivra la voie hiérarchique jusqu’au Ministre des Colonies en France qui donna son accord.
Seulement, la construction de la Mosquée demandait du matériel lourd qui provenait de la France. Avec le train Dakar- Niger, il était possible de convoyer les marchandises jusqu’ à Diourbel, mais le tronçon Diourbel-Touba posait un problème qui semblait insoluble.

Un accord fut conclu entre Serigne Mamadou Moustapha et monsieur Chardy, directeur des Chemins de Fer établi à Thiés.
Les talibés Mourides vont construire les rails de Diourbel à Touba pour permettre le convoi des matériaux qui doivent servir à édifier la Mosquée.

On exigea à Serigne Mamadou Moustapha 1500 hommes robustes et engagés.
Mame Cheikh Ibra Fall en donnera 700, Serigne Ndame Abdou Rahmane Lo 100.
Les travaux de construction seront supervisés par un contingent de Génie militaire venu de France dont le chef était le commandant Monak.

50 kilomètres de rail posés par les talibés dans des conditions tellement pénibles que nombre d’entre eux y laisseront leur vie.
Le dernier rail sera posé fin février 1931.
La Construction de la Grande Mosquée pouvait commencer et la première pierre fut posée le 4 Mars 1932.

Le gouverneur Cadre, s’adressant au Khalife, dira ces mots :
« Vous avez fourni énormément de moyens dans la construction du Chemin de fer. Vous allez vous attaquer à la Mosquée qui sera érigée sur un terrain qui ne vous appartient pas et le futur propriétaire pourrait détruire votre construction. Je vais vous octroyer un bail de 99 ans. »

Serigne Moussa Ka, l’une des plus belle voix Mouride donnera au train ses lettres de noblesse : « Douniou Dougou louy Khous thi Ndoh, Douniou Dougou louy Naw thi Kaw, Autorail Touba Lay Dem Baari Sakhayaa . Mouritoo Touba Doynaniou, Doynaniou Doyloo Naniou Koo, Autorail Touba Lay Dem Baari Sakhayaa.»

La Grande Mosquée de Touba, point Nodal du Magal est inséparable du train.

En décidant de son absence pour des raisons de propagande politique (Promouvoir l’autoroute « Ila Touba »), Macky Sall commet une faute culturelle incommensurable qui ne va pas arranger ses relations exécrables avec l’électorat Mouride.

L’indifférence dont ont fait montre les habitants de Touba, malgré les recommandations du Khalife Serigne Mountakha Mbacké de l’accueillir en grande pompe en est une parfaite illustration.

Serigne Mbacké Ndiaye

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *