Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Des Honduriens se jettent dans un fleuve pour gagner le Mexique, les Etats-Unis sur le pied de guerre

Plus de 5 000 militaires américains vont être déployés à la frontière mexicaine pour bloquer les migrants d’Amérique centrale qui auront réussi à traverser le Mexique.

 

Le chemin vers les Etats-Unis est semé d’embûches. Pour passer du Guatemala au Mexique, des centaines de migrants partis du Honduras à la mi-octobre se sont jetés lundi dans le fleuve frontalier Suchiate pour éviter les forces de l’ordre mexicaines. Arriver aux Etats-Unis sera une véritable gageure. Quelque 5 200 militaires seront déployés à la frontière, a annoncé ce lundi le Pentagone.

A Tucun Uman (Guatemala), hommes, femmes, enfants et personnes âgées, se sont lancés dans le fleuve en crue. Certains avaient pris place sur des radeaux de fortune fabriqués avec des chambres à air, d’autres ont nagé ou ont fait la chaîne pour ne pas être emportés par le courant.

 

Un Hondurien mortellement touché par un projectile

Les autorités mexicaines avaient la veille bloqué l’entrée à des milliers de Honduriens depuis le Guatemala, à l’aide de policiers anti-émeute. Un Hondurien est décédé dimanche après avoir été touché par un projectile, alors que les migrants tentaient de forcer le passage pour entrer au Mexique. Selon des témoins, il aurait été atteint par une balle en caoutchouc.

Selon l’ONG Pueblos Sin Fronteras , la caravane ne compte plus que 4 000 personnes. Elles étaient 7 000 au départ. Beaucoup ont décidé de s’arrêter en route ou ont préféré retourner en Amérique centrale.

 

« De très mauvaises personnes »

Alors que Donald Trump fait campagne pour les élections de mi-mandat qui auront le 6 novembre , le Pentagone a annoncé lundi que plus de 5 200 soldats seront déployés à la frontière sud-ouest. Ces affectifs s’ajouteront aux quelque 2 000 membres de la Garde nationale déjà sur le terrain.

Le président américain Donald Trump a répété à plusieurs reprises ces dernières semaines que des troupes supplémentaires étaient nécessaires à la frontière américano-mexicaine, se servant de cette caravane de milliers de migrants pour défendre sa politique migratoire.

« De nombreux membres de gangs et de très mauvaises personnes se sont mélangés à la caravane qui se dirige vers notre frontière sud », a tweeté le président américain lundi matin, réitérant des affirmations non étayées déjà tenues la semaine dernière.

« S’il vous plaît, faites demi-tour, vous ne serez pas autorisés à entrer aux Etats-Unis, à moins de suivre la procédure légale », a-t-il ajouté. « C’est une invasion de notre pays et notre armée vous attend », a prévenu le milliardaire républicain.

En avril, face à la progression d’une autre caravane de migrants, il avait ordonné l’envoi d’un maximum de 4 000 membres de la Garde nationale.

Environ 2 100 ont été déployés.
Les autorités mexicaines ont indiqué avoir reçu 1 743 demandes d’asile depuis l’entrée de cette caravane sur le sol mexicain.

Avec le parisien

Partager