Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Avec l’effondrement des idéologies : Le populisme en vogue

Ceux qui ont aimé l’élection de Donald Trump aux USA le 8 novembre 2016 et l’arrivée en Italie en mars 2018 de Matéo Salvini de la Ligue du nord et de Luigi Di Maio du Mouvement 5 étoiles, adoreront sans nul doute, l’avènement au Brésil ce dimanche 28 octobre 2018 de Jair Bolsonaro.

 

Il a été élu avec 55% des suffrages face à son adversaire Fernando Haddad, le candidat du parti de gauche PT (parti des travailleurs).

Connu pour sa violence verbale, son racisme primaire et son admiration de la période de la dictature militaire (1964/1985), Bolsonaro qui reconnaît ses énormes lacunes en économie a surtout joué sur l’insécurité qui règne au Brésil et la promesse de lutter contre la corruption.

Tel un tsunami, les vagues populistes continuent donc de déferler sur le monde, emportant tout sur leur passage : communisme, capitalisme, socialisme ou ce qui reste de ces idéologies qui ont façonné le monde moderne tel que nous le connaissons.

Ce nouveau courant qui a le vent en poupe ne repose pourtant sur aucune règle scientifique, sinon sur trois piliers :

1 • Le rejet de l’establishment
Le populisme joue en effet sur le mécontentement des populations à l’endroit des institutions ou régimes en place qualifiés de corrompus ou d’incapables.

2 • Un style direct et un vocabulaire simple
Les leaders populistes ont un discours dépouillé de formules alambiquées et ampoulées, très accessible au citoyen lambda. Ils n’hésitent pas à recourir aux insultes à l’image de Duterté aux Philippines qui traitait Obama de fils de P… ou qui demandait aux gens d’oublier les droits de l’homme s’il est élu, car « Ça va saigner. »

3 • La haine des médias et des migrants
Ils surfent sur la peur de l’étranger venu prendre le travail des citoyens, installer l’insécurité et altérer la pureté de la race ou de la culture locale. Les médias sont accusés de colporter de fausses nouvelles et des mensonges puisque ce sont eux les détenteurs de l’unique vérité.

En dehors des USA ( Donald Trump), les Philippines ( Duterté), le Brésil ( Jair Bolsonaro), le populisme est très présent en Europe, au pouvoir ou en forte progression au sein de l’opinion : France ( RN), Autriche ( FPO), Suède (SD), Allemagne ( AFD), Pays Bas ( Geet Wilders ), Italie ( Ligue du nord et M 5 étoiles ), Royaume Uni ( Ukip ), Hongrie (Victor Hurban ), Pologne ( Kersesky)…

Le continent Africain est pour le moment largement épargné, sauf au Sénégal où l’opposant Abdoulaye Wade fut le premier à l’avoir adopté avec succès, excepté son coté xénophobe.

Aujourd’hui, on retrouve les mêmes tendances chez Ousmane Sonko.

Serigne Mbacké Ndiaye

Partager

Une pensée sur “Avec l’effondrement des idéologies : Le populisme en vogue

  • 11 novembre 2018 à 9 h 43 min
    Permalink

    Just wish to say your article is as astounding. The clarity in your post is simply cool and i could assume you’re an expert on this subject. Well with your permission allow me to grab your RSS feed to keep updated with forthcoming post. Thanks a million and please carry on the gratifying work.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *