Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Angela Markel: Le début de la fin

Elle aura marqué la politique Européenne, voire internationale de ces deux dernières décennies. La chancelière Allemande Angéla Merkel a décidé de ne pas briguer la direction de son parti la CDU lors de son congrès au mois de décembre ni celle de son pays en 2021.

 

Les deux dernières élections locales en Bavière et à Hesse qui ont vu son Parti, la CDU et ses alliés du SPD et de la CSU subir une cuisante défaite, ont finalement eu raison de sa volonté de se maintenir au pouvoir.

En réalité, son sort a été scellé depuis septembre 2015, quand elle a décidé d’ouvrir les portes de son pays aux milliers de refugiés venant du Moyen Orient (Irak, Syrie,), voire de l’Afghanistan.
« Nous sommes déjà arrivés à faire tant de choses. Nous y arriverons cette fois aussi » dit-elle à ceux qui s’alarmaient devant les vagues de migrants qui frappaient à la porte de son pays.

1,5 million de migrants seront ainsi accueillis en Allemagne.

Une décision spectaculaire mais pertinente, vu le vieillissement de la population. Qui plus est, nombre de ces réfugiés ne sont pas des migrants économiques, mais des instruits qui fuient la guerre dans leurs pays.

Cependant, elle sera mal perçue par une bonne partie de la population et provoquera la montée de l’extrême droite.

Malgré un bilan économique élogieux, un taux de chômage à 5,1%, salaire minimum à 8,8 euros l’heure et un excédent commercial, son parti, la CDU et son allié du CSU sortent affaiblis des législatives de 2017 avec 246 sièges, alors que l’Extrême Droite l’AFD qui n’avait jusque là aucun député, se retrouve avec 94 sièges.

Angéla Merkel réussira difficilement à sauver son fauteuil de chancelière grâce au SPD qui dispose de 153 sièges.

Elle ne retrouvera plus son pouvoir d’antan, surtout en Europe, au point de céder la place de leader au président Français Emmanuel Macron
Angéla Merkel est née en 1954 à Hambourg, à l’ouest. Elle se retrouve pourtant en RDA où s’est installé son père, Pasteur.

Elle fit des études de physique avant d’être chercheuse en chimie quantique. Elle se maria avec un chimiste Ulrich Merkel dont elle divorcera en 1982, mais garda tout de même son nom. Elle épousera un autre chimiste Joachim Sauer.

Cependant, elle n’a jamais eu d’enfant.
Elie a été élue pour la première fois le 22 novembre 2005, et a connu 4 présidents Français, 3 Américains et 2 Russes.

Trois noms circulent déjà comme probables successeurs : l’Avocat Friedrich Merz, Jens Spahn, et surtout une de ses proches, Annegret Kramp- Karrembauer.

Serigne Mbacké Ndiaye

#Allemagne #kebetu #AngellaMerkel

Partager

Une pensée sur “Angela Markel: Le début de la fin

  • 11 novembre 2018 à 8 h 33 min
    Permalink

    Usually I do not read post on blogs, but I wish to say that this write-up very forced me to try and do it! Your writing style has been surprised me. Thanks, very nice article.

Commentaires fermés.