Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le Ballon d’Or source d’embrouille chez les Bleus ?

Raphael Varane en est convaincu: quand bien même plusieurs joueurs français peuvent prétendre au Ballon d’Or, celui-ci ne peut pas créer de dissensions en équipe de France.

 

Raphael Varane a vécu une année 2018 pour le moins historique. Vainqueur d’une quatrième Ligue des champions avec le Real Madrid, le défenseur tricolore a en effet ajouté la Coupe du monde à son palmarès, le défenseur madrilène se montrant à son avantage tout au long de la campagne de Russie. De quoi lui permettre de devenir le dixième joueur de l’histoire (*) à réaliser le doublé C1-Coupe du monde et d’apparaître parmi les prétendants naturels au Ballon d’Or.

Un trophée qui ne l’obnubile pas pour autant, l’ancien Lensois préférant les succès collectifs aux récompenses individuelles. « On fait un sport collectif. Individuellement, on ne vaut rien ! On peut être un immense joueur, si on joue tout seul, l’équipe perd, a-t-il ainsi expliqué dans les colonnes de France Football. Toutes les équipes qui gagnent un grand trophée, c’est grâce au collectif, quand chacun prend du plaisir à partager avec les autres. C’est comme ça que ça marche. À la base, j’ai joué au foot pour partager avec les autres, pour se surpasser ensemble, pour atteindre un objectif. »

A l’inverse de certains, il n’est donc pas question pour Raphael Varane de faire campagne pour convaincre les votants. Et le Nordiste ne sera pas jaloux si un de ses partenaires est consacré le 3 décembre prochain. Le défenseur merengue est d’ailleurs convaincu que les Bleus sont à l’abri d’éventuelles tensions liées à cette course au Ballon d’Or. « Ça peut en créer. Mais avec ce que j’ai dit avant, je pense qu’il n’y aura pas de souci entre nous, ce ne serait pas cohérent de s’embrouiller pour le Ballon d’Or. Si un Français le gagne, on sera heureux, quel qu’il soit », a-t-il ainsi assuré, le Madrilène risquant néanmoins de devoir se réjouir du succès de son coéquipier au Real, Luka Modric, favori à la succession de Cristiano Ronaldo.

(*) Raphael Varane a rejoint Sepp Maier, Paul Breitner, Hans-Georg Schwarzenbeck, Franz Beckenbauer, Gerd Müller et Uli Hoeness (1974), Christian Karembeu (1998), Roberto Carlos (2002) et Sami Khedira (2014).

 

Avec football.fr

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *